La Côte d'Ivoire vote un nouveau code minier


Les députés ivoiriens ont voté mardi 25 février un projet de loi instituant un nouveau code minier, plus moderne, pour attirer des investisseurs privés et faire de la Côte d'Ivoire un pays minier.


© DSPL
© DSPL
La Côte d'Ivoire vote un nouveau code minier en assemblée nationale pour attirer les investisseurs. Les parlementaires, réunis en commission au cours d'une session extraordinaire, ont décidé d'augmenter la durée de validité des permis de recherche, passant "de sept à dix ans, avec une possibilité de renouvellement exceptionnel de deux ans", d'après le projet de loi. Le projet, qui abrogera l'ancien code minier datant de 1985 lorsque la loi sera promulguée par le président Alassane Ouattara, prévoit également "l'exonération fiscale et douanière" au cours de la recherche et de l'exploitation. Cette promulgation devrait intervenir au retour du chef de l'État de France, où il est actuellement en convalescence après avoir été opéré d'une sciatique début février. Entre autres dispositions, la nouvelle loi entend aussi introduire une plus grande transparence dans les procédures d'attribution des permis. "Toutes les personnes ayant accès à l'information minière stratégique sont interdites de prendre des participations directes ou indirectes dans les sociétés minières, cinq ans après la cession de leurs fonctions", selon un article de ce code. L'ancienne procédure d'octroi des permis était critiquée pour son manque de transparence et attirait des "investisseurs peu scrupuleux", déplorent des compagnies minières présentes en Côte d'Ivoire. Le projet de loi couronne des mois de travail sur le code minier.
Le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Ducan, avait fait état en octobre d'un "potentiel minier ivoirien immense" mais il avait déploré un "niveau de production minière faible et une industrie minière très peu développée" en raison d'un "cadre législatif inadapté". Les autorités ivoiriennes ont pour ambition de faire de la Côte d'Ivoire un pays minier, alors que seuls l'or et le manganèse y sont pour l'heure produits de manière industrielle. L'activité minière ne représente pas plus de 5 % du produit intérieur brut. En 2013, le pays a extrait 12 tonnes d'or, 400.000 tonnes de manganèse et 300.000 carats de diamant extraits de façon artisanale, selon des chiffres figurant dans le projet de loi. Le sous-sol ivoirien contient également du fer, du nickel, de la bauxite et du cuivre. Alors que 108 permis d'explorations ont été distribués, les autorités ont annoncé récemment la découverte d'un gisement de 180 tonnes d'or à Yaoré, près de la capitale Yamoussoukro.

Bourse des matières premières agricoles

Le ministre ivoirien de l'Agriculture, Mamadou Sangofowa Coulibaly, a annoncé mardi 25 février la création prochaine d'un marché des matières premières agricoles à Abidjan destiné en priorité au commerce des produits vivriers. "Nous lancerons le processus dès mon retour", a-t-il indiqué en marge du Salon international de l'Agriculture à Paris, précisant que le cacao, première production du pays, en serait exclu. Le cacao est un marché "déjà bien organisé", a-t-il justifié. En revanche, "le pays connaît de graves déséquilibres d'une région à l'autre" concernant les cultures vivrières (riz, manioc, igname..) qu'une bourse agricole pourrait aider à surmonter, a estimé le ministre. "Mais il nous faut prendre le temps de construire des magasins, des entrepôts...", a-t-il ajouté. Premier producteur mondial de cacao et au premier rang des producteurs et exportateurs agricoles du continent africain (noix de cajou et de cola, latex, banane, coton...), la Côte d'Ivoire réalise un tiers de son PIB avec l'agriculture et 70 % de ses recettes d'exportations. Le secteur emploie 70 % de la population active.

AFP

Jeudi 27 Février 2014



Lu 144 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse