La Cour des comptes dénonce la hausse des péages autoroutiers


La Cour des comptes a épinglé mercredi 24 juillet le manque de transparence et les relations déséquilibrées entre l'État et les sociétés autoroutières, au profit de ces dernières qui appliquent des augmentations importantes des tarifs des péages.


© Vinci Autoroutes
© Vinci Autoroutes
Les sages de la rue Cambon se sont penchés dans un rapport sur les liens entre les pouvoirs publics et les sept sociétés concessionnaires d'autoroutes, privatisées en 2006, regroupées depuis au sein de Vinci Autoroutes (Cofiroute, ASF, Escota), APRR et Sanef (Sanef et SAPN). À elles trois, ces sociétés représentent les trois quarts du réseau autoroutier et elles ont perçu 7,6 milliards d'euros de péages en 2011. Leur constat est sévère : "Le ministère chargé des Transports ne négocie pas avec les sociétés concessionnaires d'autoroutes dans un cadre lui permettant de disposer d'un rapport de force favorable".
Les contrats de plan, signés pour cinq ans et qui permettent aux entreprises autoroutières de réaliser des investissements compensés par des hausses des péages, "ne sont pas publics et sont conclus dans des conditions peu transparentes", a critiqué le Premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, auditionné mercredi matin devant la commission des finances de l'Assemblée nationale. Quand les groupes privés ne respectent pas leurs engagements, "l'État ne se montre pas assez exigeant" et n'a que rarement recours à des mises en demeure ou des pénalités, souligne encore la Cour des comptes. "La négociation tarifaire ne permet pas d'assurer les intérêts de l'État et ceux des usagers", a résumé Didier Migaud.
En effet, le système des contrats de plan permet aux concessionnaires de compenser les investissements qu'ils réalisent par des augmentations des tarifs des péages routiers. Ce système, qui devait être l'exception, est devenu la règle et a conduit à des augmentations tarifaires supérieures à l'inflation, contrairement à la règle originelle de la concession", critique la Cour. Didier Migaud a chiffré à 1,2 milliard d'euros les compensations versées aux sociétés autoroutières dans le cadre des contrats de plan conclus depuis 2009. "Les bénéfices des sociétés n'ont pas vocation à être réinvestis ou à permettre une diminution des tarifs. Ce modèle ne peut qu'aboutir à une hausse constante et continue des tarifs", a-t-il dénoncé.

"La Cour préconise de plafonner les hausses de tarif"


Les présidents de Vinci Autoroutes, Sanef, SAPN et d'APRR se défendent dans un courrier envoyé à Gilles Carrez, le président de la Commission des finances de l'Assemblée nationale. Ils assurent "respecter scrupuleusement" les contrats de concession et font valoir que les investissements qu'ils réalisent se font "à leurs frais, à leurs risques et périls" et qu'ils subissent une baisse du trafic des camions sur leurs réseaux. Ils regrettent que la Cour des comptes, "par ses conclusions négatives, jette le discrédit sur un système qui a toujours satisfait à ses engagements". Le ministère des Transports, de son côté, préfère mettre en avant les quelques améliorations relevées dans le rapport. "Le ministère partage les constats de la Cour des comptes et va suivre ses recommandations", assure-t-on.

Des contre-expertises

Pour redresser la situation, cette dernière conseille notamment de mieux définir le cadre des négociations et d'impliquer plus fortement le ministère de l'Économie et des Finances pour rééquilibrer le rapport de force face aux entreprises privées. Les sages préconisent aussi de "mettre en œuvre les dispositions contraignantes prévues en cas de non-respect par les concessionnaires de leurs obligations", de réaliser systématiquement des contre-expertises des coûts des investissements prévisionnels présentés par les concessionnaires d'autoroutes. Autre mesure préconisée et importante pour les automobilistes, la mise sur pied d'"un plafond d'évolution des hausses de tarifs" des péages. Pour le député PS Olivier Faure, il faut encore aller plus loin. Les sociétés autoroutières pourraient être mises à contribution pour financer des projets au-delà des autoroutes, par exemple dans le cadre du Grand Paris.

Laure Fillon

Jeudi 25 Juillet 2013



Lu 92 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse