La FNAUT fustige la politique nationale des transports


À quelques exceptions près, la politique des transports menée par le gouvernement Ayrault est désavouée par la Fédération nationale des associations d'usagers des transports. Fiscalité, infrastructures, décentralisation et réforme ferroviaire : la FNAUT critique des décisions prises, selon elle, au profit de la route.


Jean Sivardière, président de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT) © ED
Jean Sivardière, président de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT) © ED
Habituée à des positions tranchées voire parfois extrêmes, la FNAUT dresse un bilan sans concession de l'action du gouvernement Ayrault dans le domaine des transports. D'une manière générale, elle relève "le manque d'intérêt du gouvernement pour le secteur, son impréparation, son absence de vision de l'intérêt général, et sa faiblesse face aux nombreux lobbies qui cherchent à l'influencer". L'introduction donne le ton d'un constat où "la situation des transports collectifs terrestres, ferroviaires en particulier", commencerait "à se dégrader" accompagnée "d'un grand retour de la route".
Pour justifier sa position, la FNAUT fait tout d'abord l'examen des évolutions fiscales. Déplorant la hausse de la TVA sur les transports collectifs et la prudence des pouvoirs publics quant à la contribution climat-énergie, elle dénonce en outre "la suspension sine die de l'écotaxe". À quelques contre-vérités près sur ses objectifs, comme "le remplacement de la taxe à l'essieu", la fédération s'inspire du cas allemand. Ainsi, elle demande son application "en priorité aux camions français et étrangers de plus de 12 tonnes qui effectuent des parcours de longue distance et dont les chargements peuvent souvent être reportés sur le rail".

"Grand retour de la route"

Citant les "bonnes" décisions prises sur les dossiers du Grand Paris, des TCSP, de la régénération du réseau ferré, et des autoroutes ferroviaires, la FNAUT est plus tempérée au sujet des infrastructures. Saluant globalement les projets de LGV retenus par la commission Mobilités 21, elle concentre ses critiques sur la relance de plusieurs programmes routiers. "Des décisions absurdes car les routes et autoroutes existantes sont engorgées par un trafic de proximité. Ce trafic ne pourra être qu’être détourné des transports collectifs ferroviaires et routiers plus efficaces". Et de conclure : "La route on agit, le rail on réfléchit".
Opposant historique de la liaison fluviale Seine-Nord, la FNAUT se prononce une nouvelle fois contre le canal jugé "surdimensionné et ruineux" à partir des seules évaluations faites par la CGEDD et l'IGF.

"Le gouvernement est faible face aux lobbies qui cherchent à l'influencer"


Favorable à une nouvelle phase de décentralisation dans le domaine des transports, la FNAUT se déclare "fortement inquiète" par le projet de réforme ferroviaire. Si la création d'un gestionnaire d'infrastructure unifié (GIU) est vue d'un bon œil, à condition "de clarifier les responsabilités et les réductions de coûts" induites, sa future gouvernance est présentée comme "une usine à gaz". En parallèle, la Fédération souligne "le risque d'un retour au monopole", et "d'une pensée unique ferroviaire imposée par la SNCF". Avant de s'inspirer à nouveau du cas allemand : "La réussite du rail en Allemagne n'est pas due à l'existence d'une holding rassemblant la Deutsche Bahn et le gestionnaire du réseau DB Netz, mais au désendettement par l’État, au bon état du réseau et à la concurrence régulée entre exploitants".

Érick Demangeon

Dimanche 22 Décembre 2013



Lu 254 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse