La France durcit ses règles sur la gestion des eaux de ballast


Par un amendement apporté au projet de loi Biodiversité, la France renforce les règles en vigueur sur le contrôle et à la gestion des eaux de ballast et sédiments des navires. En sus d'une amende de 300.000 euros, le capitaine est désormais passible d'un an d'emprisonnement.


La France devance la règlementation internationale sur les eaux de ballast © Franck André
La France devance la règlementation internationale sur les eaux de ballast © Franck André
Une nouvelle fois la France se distingue en allant plus loin que la réglementation maritime internationale. Lors de l'examen du projet de loi "Biodiversité" par la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire de l'Assemblée nationale, un amendement renforçant la gestion des eaux de ballast a ainsi été adopté. Proposé par Ségolène Royal, il modifie les articles L.218-82 à L.218-86 du Code de l'environnement consacrés au contrôle et à la gestion des eaux de ballast et sédiments des navires.

"Ces règles s’appliqueront à tous les navires battant pavillon français"


Ces articles de la loi du 30 décembre 2006 transposent en droit national une convention de l'Organisation maritime internationale (OMI) adoptée en 2004 et ratifiée par la France via la loi du 22 mai 2008. L'amendement étend à tous les navires, sans condition de jauge, les règles sur la gestion des eaux de ballast. Auparavant, la législation française limitait leur champ aux unités d'une jauge brute égale ou supérieure à 300 UMS (Unités du système universel). Deuxième extension, ces règles s'appliqueront à tous les navires battant pavillon français effectuant un voyage national (Dom-Tom inclus) au risque de poser une distorsion de concurrence avec les autres navires au cabotage sous pavillon étranger touchant les ports français...

La convention de l'OMI bientôt en vigueur

Selon les termes de l'article L.218-83 du Code de l'environnement, les règles en vigueur sont "soit d'attester au moyen des documents de bord que les navires ont effectué un échange de plus de 95 % de leurs eaux de ballast dans les eaux internationales, ou qu'ils ont procédé à la neutralisation biologique des eaux de ballast et des sédiments produits au moyen d'équipements embarqués agréés par l'autorité administrative compétente au vu notamment de leur efficacité technique et environnementale, soit d'attester que les caractéristiques du navire et les conditions de l'escale ne les conduiront pas à déballaster à l'intérieur des eaux territoriales ou intérieures françaises". La troisième modification induite par l'amendement prévoit enfin que le capitaine du navire sera désormais passible d'un an d'emprisonnement en cas de non respect de ces règles en sus de l'amende de 300.000 euros déjà prévue. La convention OMI sur le contrôle et à la gestion des eaux de ballast et sédiments des navires entrera en vigueur douze mois après sa ratification par trente États dont les flottes marchandes représentent 35 % du tonnage brut de la flotte mondiale. Selon le dernier recensement de l'OMI, trente-huit pays représentant 30,4 % du tonnage brut de la flotte mondiale l'ont ratifiée.

Érick Demangeon

Vendredi 18 Juillet 2014



Lu 386 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse