La France ratifie la convention de Hong Kong sur le recyclage des navires


La France est devenue le troisième pays à ratifier la convention de Hong Kong, qui vise à éliminer les substances dangereuses des navires en vue de leur démantèlement. Armateurs de France attend maintenant qu'elle convainque les autres États d'en faire autant.


Démantèlement du "Matterhorn" fin 2012 à Bordeaux © Veolia - Rodolphe Escher
Démantèlement du "Matterhorn" fin 2012 à Bordeaux © Veolia - Rodolphe Escher
La France a définitivement ratifié la convention de Hong Kong sur le recyclage des navires. Le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie a déposé le 2 juillet auprès du secrétariat général de l'Organisation maritime internationale (OMI) "son instrument de ratification".
Le texte, qui vise à interdire ou limiter l’utilisation de matières potentiellement dangereuses, est censé régir la vie des navires marchands "du berceau à la tombe". Armateurs de France s'est félicitée de cette initiative. L'organisation professionnelle pousse maintenant l'État à faire accélérer le processus de mise en œuvre. "La France doit désormais convaincre ses interlocuteurs européens et internationaux, notamment parmi les pays recycleurs, de ratifier cette convention pionnière", estime son président, Raymond Vidil. "Notre devoir est de déconstruire nos navires dans le respect de l'environnement et des hommes", ajoute-t-il.

Long processus d'entrée en vigueur

La France est le troisième pays à avoir ratifié la convention, après le Congo et la Norvège. Or, ce texte ne pourra entrer en vigueur que deux ans après avoir été ratifié par au moins quinze États représentant au moins 40 % de la flotte mondiale de commerce et 3 % des capacités de recyclage. La convention de Hong Kong impose notamment aux armateurs de fournir aux chantiers de démantèlement une liste des matériaux dangereux contenus dans le navire avant qu'il ne soit détruit et prévoit des inspections et des sanctions en cas de violation de ces dispositions.

"Déconstruire nos navires dans le respect de l'environnement et des hommes"


La Convention internationale de Hong Kong pour un recyclage sûr et écologiquement rationnel des navires a été adoptée le 15 mai 2009 à l'occasion d'une conférence réunissant 66 pays. Son objectif est de s'assurer que les navires en fin de vie ne posent au moment de leur recyclage "aucun risque inutile pour la sécurité et la santé humaine ou pour l'environnement". Le texte a été rédigé avec le concours des États membres de l'OMI et d'organisations non gouvernementales, en coopération avec l'Organisation internationale du travail et les parties de la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontaliers des déchets dangereux et de leur élimination.

Du berceau à la tombe

La convention de Hong Kong est censée régir toutes les questions concernant le recyclage des navires, y compris celle de la présence de substances dangereuses comme l'amiante, les métaux lourds, les hydrocarbures, les produits portant atteinte à la couche d'ozone, etc. Elle s'attache aussi aux conditions de travail dans les chantiers de démantèlement et concerne les phases de conception, de construction, d'opération et de préparation à la déconstruction "sans porter atteinte aux performances des navires". Les chantiers seront aussi soumis à des obligations, notamment celle de fournir un plan de recyclage propre à chaque navire démantelé.
Plus de mille grands navires sont recyclés chaque année dans le monde pour leurs pièces métalliques. Mais beaucoup se retrouvent sur des plages de pays d'Asie du Sud, dans des conditions désastreuses pour l'environnement et la santé des travailleurs concernés. "Sur ce dossier majeur pour un développement responsable de notre industrie, ne nous trompons pas d'échelon : les règles du jeu doivent revêtir une dimension internationale pour être réellement efficaces", insiste Raymond Vidil.

Franck André

Lundi 7 Juillet 2014



Lu 506 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse