La France suspend la livraison du premier Mistral à la Russie



© DCNS
© DCNS
Soumise à la forte pression de ses alliés de l'Otan, la France a annoncé mercredi 3 septembre la suspension de la livraison prévue en octobre du premier navire de guerre Mistral qu'elle a vendu à la Russie en évoquant comme justification la crise en Ukraine. Face à la situation dans ce pays, jugée "grave", le "président de la République a constaté que, malgré la perspective d'un cessez-le-feu qui reste à confirmer et à être mis en œuvre, les conditions pour que la France autorise la livraison" à la Russie "du premier BPC (Bâtiment de projection et de commandement) ne sont pas à ce jour réunies", a déclaré la présidence. La nouvelle position française liée au navire porte-hélicoptères Mistral a été arrêtée au cours d'un Conseil de défense à la veille d'un sommet de l'Otan en Grande-Bretagne et quelques heures après de nouvelles critiques américaines sur la perspective d'une livraison de ce navire à l'automne. Le contrat franco-russe, signé en 2011, prévoit la livraison à Moscou de deux navires de classe Mistral (le "Vladivostok" et le "Sébastopol") pour 1,2 milliard d'euros. Mi-août, le groupe public d'armement russe Rosoboronexport avait affirmé que Moscou n'avait prévu son "paiement final" à la France qu'à la réception du second navire dont la livraison est prévue en novembre 2015.

Stupéfaction aux chantiers navals STX

Les ouvriers FO des chantiers navals STX de Saint-Nazaire sont stupéfaits et scandalisés de la décision du président François Hollande de suspendre la vente d'un des deux navires de guerre Mistral à la Russie, a déclaré mercredi 3 septembre un responsable de ce syndicat. "C'est une réaction de stupéfaction et de scandale", a déclaré Jean-Marc Perez, secrétaire adjoint FO, syndicat minoritaire chez STX, qui sous-traite la construction des deux bâtiments Mistral pour le compte de la DCNS. "Si l'annonce du président se concluait par l'arrêt de la construction, ce seraient des centaines d'emplois qui seraient mis en difficulté aussi bien chez STX que chez les sous-traitants. C'est inacceptable, intolérable", a-t-il ajouté. Si la construction de ce premier navire est presque achevée (le bâtiment devait être livré en octobre), le second navire est en cours d'assemblage à Saint-Nazaire. Interrogé pour savoir s'il comprenait les raisons politiques de la suspension de la vente, Jean-Marc Perez a répondu : "Ce qu'on comprend très bien, c'est l'emploi des salariés". "C'est une nouvelle démonstration que les décisions prises par le gouvernement ont des conséquences pour les salariés", a-t-il dit. "C'est une décision qui pouvait arriver à tout moment", a commenté de son côté un responsable de la CFDT-STX, Johan Jardin. "On ne peut que la regretter, mais on peut aussi la comprendre", vu le contexte international et la situation en Ukraine. "Quel impact ça aura" ?, s'est demandé Johan Jardin. "Nous, on n'est que sous-traitants. On va livrer le navire à la DCNS et on verra ce qu'elle va faire". "La question qui se pose porte sur ce qui va être décidé pour le second" Mistral, a poursuivi le responsable de la CFDT, deuxième syndicat chez STX après la CGT. "Maintenant se pose la question «qui va payer le bâtiment ?»". En tout état de cause, le président "n'a pas annoncé qu'il stoppait" sa construction, a pointé Johan Jardin, selon lequel le bâtiment "est sur cale. Il faut continuer la construction pour libérer la cale". Cependant, "il faut que la DCNS nous dise si on continue ou pas".
La livraison du premier Mistral à la Russie a été suspendue mais la construction de ce navire de guerre se poursuit pour le moment, a indiqué jeudi 4 septembre une source proche du dossier. "L'Élysée a expliqué que les conditions pour livrer ce navire n'étaient pas réunies à ce jour mais il n'y a pas eu de directive pour arrêter la construction des navires", a déclaré cette source. À ce stade, la construction des deux Mistral commandés par la Russie se poursuit toujours dans la perspective d'une livraison fin octobre-début novembre du premier navire.

AFP

Jeudi 4 Septembre 2014



Lu 96 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse