La Grande barrière de corail risque de devenir une "décharge"



La Grande barrière de corail risque de devenir une "décharge"
La Grande barrière de corail risque de devenir une "décharge" si le gouvernement australien ne bannit pas complètement le déversement de déchets de dragage dans les eaux du parc marin inscrit au patrimoine de l'humanité, a prévenu lundi 9 février le Fond mondial pour la nature (WWF) dans un rapport. "Si rien n'est fait, la Grande barrière de corail - un des habitats marins les plus précieux de la planète - pourrait devenir une décharge et une autoroute maritime", affirme l'ONG. Dans le but d'éviter le placement du site sur la liste du patrimoine en danger, l'Australie avait ordonné l'interdiction du déversement des déchets du dragage en janvier. Selon les écologistes, ce déversement de déchets endommage le site en asphyxiant les coraux et les algues qui constituent la plus grande formation vivante au monde, les exposant à des poisons. Le rapport précise que les expansions portuaires à l'intérieur des eaux de la barrière de corail, qui verrait près de 51 millions de m3 de fonds marins disparaître, mettraient en danger la beauté naturelle du site. Ces expansions augmenteraient la capacité des ports charbonniers, qui passerait de 267 à 637 millions de tonnes par an, et permettraient au complexe portuaire de se rapprocher de la capacité totale de Shanghai, le plus grand port du monde, toujours selon le document du WWF. Le projet n'est toutefois pas nécessaire d'après les auteurs du rapport, la capacité des ports existants n'étant pas utilisée la plupart du temps.
Menaçant d'inscrire le site sur la liste du patrimoine en péril, l'Unesco a donné à Canberra jusqu'au 1er février pour mettre au point un rapport sur les moyens de sa protection. L'Australie affirme de son côté avoir déjà donné des gages à l'Unesco en bannissant notamment le dragage de nouvelles zones en dehors des ports prioritaires pendant dix ans. "Nous savons que la barrière de corail fait face à des défis mais nous faisons des progrès significatifs. Des preuves solides montrent que nos efforts ne sont pas insignifiants", déclarait la semaine dernière le ministre australien de l'Environnement, Greg Hunt.

AFP

Lundi 9 Février 2015



Lu 222 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse