La Russie à la manœuvre pour relancer ses ventes d'avions


L'État russe s'est mis à la manœuvre mardi 27 août pour accélérer la renaissance de son aviation civile, à la peine, mettant à contribution ses bras financiers afin d'offrir des mécanismes de vente aux potentiels acheteurs.


© Maks
© Maks
Présent à l'ouverture du salon aéronautique MAKS en banlieue de Moscou, le Premier ministre Dmitri Medvedev a reconnu que le secteur n'affichait pas des "résultats satisfaisants", malgré un chiffre d'affaires de 1.000 milliards de roubles (22,6 milliards d'euros) et des investissements publics de 90 milliards de roubles (plus de 2 milliards d'euros, soit trente fois plus qu'au début des années 2000). Le chef du gouvernement, après avoir vanté la nécessité de "coopération internationale" avec les géants mondiaux du secteur présents à l'aérodrome de Ramenskoïé, a jugé que le succès était impossible sans soutien de l'État.
Il a annoncé une vaste commande publique portant jusqu'en 2025 destinée à offrir de la visibilité aux industriels, dans un secteur qui demande des investissements massifs pour des retours lents. "Il est important de garantir à nos avionneurs une demande constante et solide financièrement, pour les aider à atteindre le plus vite possible les volumes de production indispensables, aussi bien pour la rentabilité des projets en cours que pour créer les réserves pour la mise au point de nouveaux produits", a-t-il plaidé. L'objectif affiché est de relancer les ventes de son avion régional Superjet 100, en service depuis 2011, et de donner corps au projet de moyen-courrier MS-21, qui doit venir concurrencer dans les années à venir les best-sellers d'Airbus et Boeing, l'A320 et le 737.

"Le loueur d'avions russe IFC commande vingt Superjet Soukhoï"


Ses propos ont aussitôt été suivis d'effet, puisque les annonces de la journée totalisent 129 appareils (87 Superjet et 52 MS-21), qui représentent au total 7 milliards de dollars. Il ne s'agit pas de commandes d'appareils destinés à l'État, mais de faire jouer les outils financiers au service de l'État, au premier lieu la banque de développement VEB mais aussi la première banque russe, Sberbank. Ces établissements, via des filiales de location d'avions, vont acquérir les appareils pour les livrer ensuite aux compagnies sous la forme de contrat de leasing, de plus en plus fréquent pour les compagnies aériennes afin d'éviter de grosses dépenses.
Dmitri Medvedev a souligné que les acheteurs devaient pouvoir bénéficier de "produits financiers modernes" pour rendre la production russe attractive malgré le niveau élevé des taux d'intérêt en Russie. Le sujet du financement est d'autant plus sensible que le Superjet vise particulièrement le marché des pays émergents, comme l'Asie ou l'Amérique latine, où les compagnies n'affichent pas toujours de solides garanties financières.
Affiché à son lancement comme le symbole de renaissance de l'aviation civile russe, en ruines depuis la chute de l'URSS, cet avion régional a subi plusieurs avaries techniques depuis son lancement en 2011, un crash en vol de démonstration et peine à trouver des clients conséquents au-delà de la compagnie russe Aeroflot et depuis peu de la mexicaine Interjet. Très endetté, en pleine montée de cadences de production, le constructeur de l'appareil, Soukhoï Aviation Civile, a récemment demandé l'aide de l'État.

Six Superjet pour Utair

VEB, qui selon la presse russe est en train de céder sa part de 5 % dans EADS pour renflouer le programme, a mis sa filiale de location VEB Leasing en action. Elle va acheter six appareils dans leur version allongée, qui seront exploités par la compagnie russe Utair et s'engage sur trente MS-21. Le loueur Iliouchine Finance (IFC), dont VEB détient 21 %, a confirmé sa commande de vingt Superjet et l'achat de vingt-deux MS-21. Sberbank Leasing va de son côté créer une société commune avec Soukhoï Aviation Civile, le fabricant du Superjet pour faciliter ses ventes. Le chiffre de cinquante appareils a été déjà avancé. Plus symbolique : la société en charge des exportations d'armes Rosoboronexport commande une version "affaires" du Superjet, qui doit être présentée lors du MAKS.

Germain Moyon

Mercredi 28 Août 2013



Lu 94 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse