La SNCF doit "revoir son organisation du travail"


La SNCF doit "revoir son organisation du travail" pour "améliorer son efficacité" et "assurer la pérennité de ses activités", a expliqué vendredi 25 mars le DRH du groupe ferroviaire public, Jean-Marc Ambrosini, au lendemain du lancement de négociations avec les syndicats devant aboutir d'ici juillet.


Jean-Marc Ambrosini, DRH de la SNCF © SNCF
Jean-Marc Ambrosini, DRH de la SNCF © SNCF
Pourquoi renégocier l'organisation du temps de travail ?
Le législateur a demandé - à la SNCF comme à l'ensemble du secteur ferroviaire - de bâtir un nouveau cadre social, qui devra entrer en vigueur au 1er juillet 2016. Dans un contexte de concurrence accrue, notre objectif est de mieux servir nos clients, voyageurs ou chargeurs du fret, par une meilleure qualité de service et une offre de transport adaptée aux nouveaux besoins. Pour y parvenir, nous devons revoir nos modes d'organisations du travail et de production. Le nouveau régime de travail s'appliquant au groupe public ferroviaire sera composé de trois niveaux : un décret socle élaboré par l'État, une convention collective de branche et un accord d'entreprise. Pour écarter les risques de dumping social, cette transformation ne peut se faire que dans un cadre commun.

Les cheminots doivent-ils craindre pour leur statut ?
Le statut des cheminots (qui les met notamment à l'abri d'un licenciement économique, fixe les rémunérations, avancements de carrières, congés annuels et organise un régime spécial d'assurance maladie et de retraite, NDLR) n'est pas concerné par la négociation sur l'organisation du temps de travail. La réforme ferroviaire votée à l'été 2014 a confirmé qu'il est applicable aux trois établissements composant depuis le 1er janvier 2015 le groupe public ferroviaire.

Certaines règles de travail propres à la SNCF ou encore le nombre de RTT sont-ils un handicap de compétitivité ?
La SNCF doit améliorer son efficacité pour assurer la pérennité de ses activités. Le modèle économique du secteur ferroviaire est en difficulté, notamment en raison de la concurrence des autres modes de transport (camions, autocars, covoiturage, low-cost aérien ). Dans ces conditions, nous devons revoir notre organisation de la production, et en particulier l'évolution de l'organisation du travail, dans le respect du cadre des 35 heures. Nous voulons aussi arriver à une meilleure gestion des emplois et des compétences. Ces négociations se feront dans une logique gagnant-gagnant pour nos salariés : une meilleure qualité d'organisation, davantage de visibilité sur les parcours et de fluidité entre les métiers.

Sylvie Husson

Mardi 29 Mars 2016



Lu 389 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse