La SNCF triple son résultat en 2012


La SNCF a triplé son bénéfice net l'an dernier, tout en réduisant son endettement de près d'un milliard d'euros mais se garde de tout "triomphalisme" pour 2013 dans un environnement économique difficile.


© RFF/Capa/Julien Goldstein (Toma)
© RFF/Capa/Julien Goldstein (Toma)
Le résultat net 2012 de la SNCF dévoilé lundi 18 février s'établit à 383 millions d'euros (contre 125 millions en 2011), pour un chiffre d'affaires de 33,8 milliards en hausse de 3 %, essentiellement porté par les branches infrastructure (SNCF Infra) et voyageurs (SNCF Voyages). La dette nette a été réduite de près d'un milliard grâce à une opération financière qui l'a ramenée à 7,3 milliards d'euros en fin d'année.
Tout en saluant l'amélioration de la santé financière de l'entreprise, son président, Guillaume Pepy, est apparu prudent. "Il n'y a aucun triomphalisme", a-t-il déclaré en évoquant les obstacles auxquels la SNCF sera confrontée en 2013, à commencer par le niveau historique de travaux sur le réseau jugés "à la limite de ce que le trafic peut supporter". Le dirigeant a aussi souligné l'environnement économique difficile qui pèse non seulement sur l'activité transport et logistique de marchandises mais aussi, depuis l'automne, sur les trafics voyageurs.

"L'environnement économique pèse sur l'activité transport et logistique"


Un des faits marquants de 2012 est le ralentissement en milieu d'année de l'activité TGV (SNCF Voyages), autrefois florissante, qui voit sa profitabilité s'éroder notamment en raison de la hausse des péages acquittés à Réseau ferré de France (RFF). Autre phénomène notable, les déplacements professionnels tendent à diminuer sous l'effet de la crise. "Sans doute la proportion de gens qui achètent le plein tarif est-elle amenée à se réduire", a prédit Guillaume Pepy. Pour tenter d'infléchir la tendance, la SNCF multiplie les initiatives comme le lancement des TGV low-cost.
La marge opérationnelle, indicateur privilégié par la direction, a très légèrement progressé de 0,5 % l'an passé, à 3,03 milliards d'euros, mais reste insuffisante pour couvrir les besoins de financement des investissements du groupe. Elle ne représente que 8,9 % du chiffre d'affaires, contre 9,3 % en 2011, alors que le groupe vise un taux de 10 à 12 % pour être en mesure de couvrir les besoins d'investissement indispensables à la qualité de son service et son développement.

Dépréciation de SNCF Geodis

La SNCF a dû l'an passé déprécier des actifs de sa branche transport et logistique de marchandises (SNCF Geodis), dont l'activité de fret ferroviaire et de transport routier de marchandises subit l'effet du ralentissement économique. Le montant total de ces dépréciations, 470 millions d'euros dont 300 pour SNCF Geodis, est toutefois inférieur à celui de l'année précédente, quand l'entreprise avait comptabilisé 700 millions d'euros en dépréciations pour son parc de TGV surdimensionné.
Le résultat opérationnel 2012 s'est établi à 1,2 milliard d'euros, en hausse de 389 millions d'euros, précise la SNCF. La compagnie ferroviaire est aussi parvenue à réduire fortement sa dette de 7,3 milliards, soit une baisse de près d'un milliard sur l'année, en procédant à une cession quasi équivalente de créances financières s'élevant à 952 millions d'euros. Cette cession correspond à la titrisation de fonds versés par l'autorité organisatrice des transports en Île-de-France, le Stif, pour l'acquisition de trains, et que la SNCF a choisi de céder à des investisseurs pour dégager plus rapidement des liquidités. De fait, le cash flow de l'entreprise, en hausse pour la seconde année consécutive, fait un bond en 2012 à 1,2 milliard d'euros, contre 261 millions d'euros l'an passé.
Le groupe se fixe pour 2013 de dégager une trésorerie nette positive pour la troisième année de suite avec des investissements sur fonds propres accrus, à hauteur de 2,5 milliards d'euros contre 2,2 milliards en 2012. La SNCF a par ailleurs engagé un plan de performance qui doit lui permettre de réaliser environ 150 millions d'euros d'économies cette année et 700 millions d'euros au total d'ici 2015. Ces économies concernent notamment les frais généraux, les achats, les systèmes d'information et l'immobilier.

Franck Iovène

Mardi 19 Février 2013





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 17 Mars 2013 - 17:06 BP2S : enjeux et défis du shortsea


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse