La SNCF va déprécier ses actifs de plus de 12 milliards d'euros


La SNCF, qui doit publier ses résultats annuels cette semaine, va déprécier ses actifs de plus de 12 milliards d'euros dans ses comptes 2015.


© CTA
© CTA
La SNCF a annoncé lundi 7 mars qu'elle allait devoir procéder à une dépréciation de ses actifs de plus de 12 milliards d'euros. Le groupe devrait du coup enregistrer une perte nette comptable record, proche de 12 milliards d'euros pour cet exercice. Cette dépréciation d'actifs, effectuée sur la base d'une simulation de ce qu'ils vaudront dans quinze ans, sera de 9,6 milliards d'euros pour SNCF Réseau (infrastructures ferroviaires), de 2,2 milliards d'euros pour SNCF Mobilités (trains) et de 450 millions d'euros pour les gares. La valeur de Réseau passe ainsi de 43 milliards à 33 milliards après évaluation des commissaires aux comptes. Le groupe s'est toutefois voulu rassurant, soulignant qu'il n'allait "pas sortir un euro des caisses" et que cela "ne compromettait en rien la trésorerie ou la capacité d'investissement", notamment pour le TGV du futur.
La dépréciation de la valeur des actifs de SNCF Mobilités, qui équivaut à celle des rames TGV, s'explique pour moitié par "des baisses de prévision de trafic dues à la montée de la concurrence d'autres modes de transports comme le covoiturage, le "low-cost" aérien, ou l'autobus", a précisé un porte-parole du groupe. Pour faire face à cette concurrence, la SNCF a en effet décidé de ne pas augmenter les tarifs moyens des billets TGV "loisirs" dans les années à venir. "L'autre moitié est liée à l'effet du contrat du TGV Tours-Bordeaux, sur lequel nous avons expliqué que nous allions perdre de l'argent, ce qui ramène à zéro la valeur des rames du point de vue du bilan", a ajouté ce porte-parole.
La dépréciation des actifs de SNCF Réseau s'explique elle par une prise en compte d'un contexte économique difficile, qui aura un impact sur le nombre de trains en circulation, ainsi que par des scénarios de péages "moins optimistes" que précédemment. SNCF Réseau tire en effet une bonne partie de ses recettes des redevances payées par les compagnies ferroviaires pour faire circuler leurs trains.

AFP

Mardi 8 Mars 2016



Lu 344 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse