La SNCF va embaucher des salariés d'Ecomouv'


La SNCF "fera sa part" pour participer au "sauvetage" d'une partie des 200 salariés licenciés d'Ecomouv', société qui était chargée de la mise en œuvre et de collecter la taxe sur les poids lourds.


© SNCF
© SNCF
La SNCF va jouer son rôle et embaucher des salariés d'Ecomouv', a assuré dimanche 14 décembre son président, Guillaume Pepy. "On va faire notre devoir d'actionnaire, c'est-à-dire qu'on va participer au «sauvetage» de ces emplois" et des "efforts" seront fournis à destination de ces salariés-là "qui se sont formés pendant deux ans, qui parlent plein de langues, qui connaissent très bien la réglementation", a déclaré le patron de la SNCF, actionnaire à hauteur de 10 % d'Ecomouv'. Les quelque 200 salariés d'Ecomouv' vont perdre leur emploi et la société va disparaître, a annoncé mardi 9 décembre sa direction, conséquence de l'abandon par le gouvernement du dispositif d'Écotaxe que l'entreprise était chargée d'appliquer. La plupart des salariés - 157 sur 200 - sont basés à Metz, au centre opérationnel d'Ecomouv'. La filiale de logistique Geodis pourrait absorber quelques emplois, puisque "la connaissance des langues, des règles douanières, des flux européens c'est un plus pour ces salariés" qu'ils pourraient faire valoir dans cette société à la dimension "mondiale", a poursuivi Guillaume Pepy. "Donc on fera notre part", a-t-il ajouté, sans préciser le nombre d'embauches envisagées. "Le sujet n'a même pas encore commencé, donc on va discuter", a-t-il conclu. Ecomouv' est une filiale à 70 % de l'italien Atlantia (ex-Autostrade), où sont également présents les français Thales (11 %), SNCF (10 %), SFR (6 %) et Steria (3 %).

La SNCF terminera 2014 dans le vert

La SNCF devrait terminer l'année 2014 dans le vert, après la perte essuyée sur l'exercice précédent, a également affirmé dimanche 14 décembre Guillaume Pepy. En juin, "la grève a effectivement coûté 200 millions d'euros de chiffre d'affaires, ce qui est énorme", a déclaré le dirigeant de l'entreprise ferroviaire. "Depuis, avec une très forte discipline financière, avec un plan d'économies drastique, nous avons rattrapé à peu près 95 % de ce manque à gagner. Et donc la bonne nouvelle, c'est que la SNCF sera dans le vert en 2014", a-t-il assuré. La SNCF avait plongé dans le rouge en 2013, et enregistré une perte nette de 180 millions d'euros, contre un bénéfice de 376 millions d'euros en 2012, en raison d'une révision en baisse drastique de la valeur comptable de son parc de rames TGV. Mais le résultat net récurrent était ressorti à 582 millions d'euros, a rappelé Guillaume Pepy. "On fera un peu moins, mais on sera très, très nettement dans le vert", a-t-il ajouté.

La lutte contre la fraude dans les transports sera renforcée

Une réunion est prévue jeudi 18 décembre avec le gouvernement pour décider d'un renforcement de la lutte contre la fraude dans les transports publics, qui coûte chaque année 500 millions d'euros aux opérateurs, a annoncé dimanche 14 décembre Guillaume Pepy. "Dès jeudi prochain, nous allons nous réunir avec deux ministres, Bernard Cazeneuve (Intérieur) et Alain Vidalies (Transports) pour confirmer un durcissement des règles en cas de fraude, une augmentation des tarifs des amendes", a-t-il ajouté. "Par exemple, quand on est un fraudeur d'habitude, on pourra être «descendu du train» avec cinq procès-verbaux au lieu de dix", a-t-il précisé.

Huit TGV accusent 2 h 30 de retard

Huit TGV ont accusé près de deux heures et demie de retard dimanche 14 décembre à la suite d'une collision entre une personne et un train à Port-de-Piles (Indre-et-Loire), près de Tour. L'accident, mortel, survenu à 18 h 06, sur le viaduc de Mont, a entraîné une interruption du trafic entre Poitiers et Tours, jusqu'à 20 h 07, qui n s'est répercutée sur la ligne Bordeaux-Lille dans les deux sens. Trois TGV ont accusé jusqu'à 2 h 30 de retard. Sur la ligne Bordeaux-Paris, dans les deux sens aussi, des retards similaires ont concerné cinq TGV. Deux TER entre Poitiers et Tours ont également été arrêtés.

AFP

Lundi 15 Décembre 2014



Lu 186 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse