La SNCM réclame 65 millions d'euros à la Corse


Le président du directoire de la SNCM, Marc Dufour, a affirmé vendredi 18 octobre que la compagnie maritime souffrait d'une créance impayée de 65 millions d'euros due par l'assemblée territoriale corse, pour laquelle elle a obtenu la désignation d'un conciliateur en justice.


© Franck André
© Franck André
"Au 31 décembre, la créance dépassera les 65 millions d'euros. Quelle entreprise peut porter 65 millions d'euros de retard ou d'impayé de la part d'un de ses principaux clients", s'est interrogé le président du directoire de la SNCM. "Nous avons tenté de négocier, sans succès. Nous avons donc obtenu, le 11 octobre, du tribunal de commerce de Marseille, en accord avec nos actionnaires, la désignation d'un conciliateur de justice afin de récupérer les sommes dues", a déclaré Marc Dufour. Revenant également sur la condamnation par la Commission européenne à un remboursement de 220 millions d'euros d'aides publiques, Marc Dufour a estimé que "nous avons les moyens de répondre avec efficacité sur le plan juridique". Or, le créancier de cette somme est la collectivité corse, qui a informé Veolia le mois dernier qu'il envisageait de se retourner vers lui si la SNCM s'avérait insolvable.

"L'entreprise n'est pas endettée"


La Commission européenne a estimé qu'une partie de la délégation de service public (DSP) attribuée entre 2007 et 2013, le "service complémentaire" (renforcement des lignes en haute saison), ne pouvait être incluse dans cette délégation. La SNCM fait face à des difficultés de trésorerie et s'est tournée vers Transdev, son principal actionnaire (filiale de Veolia et de la Caisse des dépôts), afin d'obtenir un relais de trésorerie de 30 millions d'euros, a rappelé Marc Dufour. L'actionnaire devrait se prononcer ce vendredi dans le cadre d'un conseil de surveillance. "L'entreprise n'est pas endettée, nous disposons d'environ 300 millions d'euros d'actifs. Au niveau de son bilan, l'entreprise est saine. Nous avons de quoi garantir des prêts relais mais cette décision appartient à l'actionnaire", a insisté Marc Dufour.
Mais la SNCM est prise entre un actionnaire, Veolia, qui ne veut pas payer les pots cassés, et un autre, l'État, qui doit "sortir de l'ambiguïté dans laquelle il se trouve actuellement afin de rassurer son partenaire et l'entreprise", a estimé Jean-Pierre Mignard, avocat de la SNCM. "Je n'ose croire que Veolia, qui est lié à Marseille par la gestion des eaux va avoir le culot d'encaisser 3 milliards d'un côté, et de liquider 1.000 emplois de l'autre", a réagi pour sa part le député des Bouches-du-Rhône Patrick Mennucci, en pleine campagne des primaires socialistes pour la mairie de Marseille. Patrick Mennucci, également vice-président de Marseille Provence Métropole, propose de "repousser la date du vote" de la communauté urbaine attribuant les délégations de service public de gestion des eaux de Marseille à Veolia, prévu le 25 octobre afin de "faire pression" sur Veolia. "Si je suis désigné dimanche, je serai lundi à Matignon" pour évoquer le sujet avec le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a-t-il promis.

Un chiffre d'affaires de 300 millions

Sébastien Mabil, autre avocat de la SNCM, prévient : "Il faut voir si certains sont prêts à assumer deux Florange sur le port de Marseille", car c'est la survie de l'entreprise qui pourrait se jouer. La compagnie maritime, qui a affiché des pertes de 14 millions d'euros, s'est engagée dans un programme de renouvellement de sa flotte et la mise en place d'un pacte social qui doit permettre, selon son président, un retour à l'équilibre pour fin 2015. "Nous avons beaucoup discuté avec les partenaires sociaux, qui ont consenti à des efforts importants. Cela fait deux ans qu'il n'y a plus de grève à la SNCM, preuve que tout le monde tire dans le même sens. Là, on prend le risque de détruire ce travail", s'est inquiété Marc Dufour. Le chiffre d'affaires de la SNCM a été d'environ 300 millions en 2012. L'État et Veolia, ses deux actionnaires principaux, ont validé en juin un plan prévoyant la suppression de plus de 500 postes sur quelque 2.600 personnes.

AFP

Lundi 21 Octobre 2013



Lu 59 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse