La Saône, oubliée du rapport Duron


Le projet de liaison fluviale à grand gabarit dans l’Est de la France n’a pas passé le cap de la commission Mobilité 21. Plus surprenante est son passage à la trappe des réactions des élus alsaciens. Reste la déception des associations qui la soutiennent.


© PPRI
© PPRI
Dans la longue liste des retoqués du rapport Duron, la présence de la liaison Saône-Moselle/Saôn-Rhin est largement passée inaperçue… y compris parmi les élus tout mobilisés à plaider la cause de l’achèvement de la LGV Rhin-Rhône, notamment en Alsace. Le report aux calendes grecques (après 2050) de ce projet est tout sauf une surprise. Il n’en constitue pas moins une injustice au même titre que d’autres, soulignent le Consortium pour le développement des voies navigables et Saône-Rhin Europe. Ces deux associations défendent la branche Saône-Rhin mais elles adoptent en l’occurrence une posture "œcuménique" puisque la branche potentiellement concurrente partant de Lorraine se retrouve dans le même bateau, si l’on peut dire.

Des orientations gouvernementales en contradiction

Pour les deux structures, la commission Mobilité 21 a fait preuve de désinvolture aussi bien vis-à-vis du Grenelle que de l’Europe. Les orientations gouvernementales "sont en totale contradiction avec le chapitre transports de la loi Grenelle I de 2009 voté par gauche et droite confondus, qui prévoyait un débat public pour le projet Saône-Moselle/Saône-Rhin", relève l’association Saône-Rhin Europe. Le processus du débat public est aujourd’hui au point mort. "C’est l’incarnation de l’absence de continuité des décisions de l’État, alors que les études préliminaires étaient presque achevées", commente Pascal Viret, président de Saône-Rhin Europe. Le consortium demande au minimum de conduire ces études à leur terme.

"L'UE a classé ce projet fluvial prioritaire dans le RTE-T"


Quant à l’Union européenne, elle a classé ce projet fluvial "prioritaire" dans le RTE-T (réseau transeuropéen de transport), et l’a confirmé lors de la dernière révision de son document-cadre. Ce qui signifie un objectif de réalisation avant 2030. Les deux associations réclament donc le respect de cette échéance, par son inscription dans le futur schéma national de mobilité durable. Sans se faire évidemment d’illusions outre mesure.

Christian Robischon

Lundi 29 Juillet 2013



Lu 250 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 14:12 Port de Lyon : le fer porte la croissance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse