La Scop SeaFrance doit 19 millions d'euros à MyFerryLink



Le "Rodin" et le "Berlioz" de MyFerryLink ont été livrés mardi 15 septembre à DFDS © MyFerryLink
Le "Rodin" et le "Berlioz" de MyFerryLink ont été livrés mardi 15 septembre à DFDS © MyFerryLink
La Scop SeaFrance doit à la société maritime MyFerryLink 19,2 millions d'euros de créances, a indiqué le groupe Eurotunnel, ex-propriétaire de deux navires remis mardi 15 septembre à DFDS afin d'assurer la liaison transmanche. "La Scop SeaFrance doit à MyFerryLink un montant de 22,7 millions d’euros, dont 4,8 millions d'euros au titre des pénalités de non-restitution des navires, le reste couvrant les pertes de revenus et les remises en état des navires", a fait savoir Eurotunnel. "À l'inverse, MyFerryLink doit à la Scop SeaFrance une créance de 3,5 millions d'euros pour solde de l'achat de capacité, dont 600.000 euros ont été versés dans le cadre du protocole de fin de conflit ayant permis la restitution des navires par le liquidateur", selon Eurotunnel. Par ailleurs, les navires "Rodin" et "Berlioz" de MyFerryLink ont été livrés mardi 15 septembre à Dunkerque au groupe danois DFDS qui va en reprendre l'exploitation, "conformément au contrat signé début juin 2015", a indiqué Eurotunnel, précisant "qu'une remise en état était nécessaire" à cause "des dégradations subies par les navires". Ces deux ferries doivent assurer des liaisons transmanche que DFDS entend exploiter à partir du dernier trimestre 2015. Concernant le troisième bateau "le Nord-Pas-de-Calais", de plus ancienne génération et qui n'a pas été cédé à DFDS, MyFerryLink attend d'obtenir le feu des autorités de la concurrence française et britannique "pour démarrer une nouvelle exploitation en fréteur". Les marins de la Scop Sea France, qui exploitaient les bateaux de MyFerryLink, ont occupé pendant près de deux mois le "Berlioz" et le "Rodin", bloquant également épisodiquement le port de Calais, premier port passager de France et deuxième européen derrière Douvres. Ils protestaient contre la vente par Eurotunnel des navires au concurrent DFDS. L'accord signé fin août par les représentants des salariés de la Scop, Eurotunnel et DFDS a mis fin à ce lourd conflit social, avec la reprise de 402 des 487 salariés de la Scop SeaFrance.

AFP

Mercredi 16 Septembre 2015



Lu 202 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse