La baisse des taux Asie-Europe a relancé le phénomène des fusions-acquisitions


Après un cycle de trois années passées à mettre en place ou à réorganiser les grandes alliances, 2015 a été marquée par un retour du phénomène des fusions et acquisitions. Selon le directeur de l'Isemar, Paul Tourret, "la raison première est l’absence d’un retour franc à la croissance des flux conteneurisés et même une baisse de 4 % des flux Asie-Europe". Selon lui, à l’été, Pékin a engagé la fusion de Cosco et China Shipping puis le gouvernement de Singapour a mis sur pied l’offre de vente d’APL Nol. Explications...


© China Shipping
© China Shipping
Comment expliquez-vous le retour du phénomène de fusions et acquisitions dans le secteur de la ligne régulière ?

En Chine, il s’agit de remettre à flot Cosco alors que le reste du monde maritime chinois passe sous la coupe de China Merchant. À l’Isemar, nous avions, en décembre 2013, évoqué la situation difficile du secteur dans le pays. À Singapour, c’est la conclusion d’une situation dégradée depuis plusieurs années pour APL Nol. CMA CGM le récupère à bon prix. D’autres opérateurs, tels que Zim et les Coréens, sont mal en point. Leur avenir dépend, comme pour APL Nol, des autorités publiques qui ont déjà mis la main à la poche. Un rapprochement entre les trois grands armateurs japonais est envisageable, mais ils s’appuient sur de puissants "keiratsu" concurrents.

Est-ce que vous pensez que c'est la fusion annoncée entre China Shipping et Cosco qui a convaincu Rodolphe Saadé, vice-président directeur général délégué du groupe CMA CGM, de se lancer dans l'acquisition d'APL Nol ou les difficultés du marché à retrouver des niveaux décents ?

CMA CGM réalise, de mon point de vue, un achat judicieux. La cinquantaine de navires et les 500.000 EVP de capacité renforcent son positionnement statistique comme troisième opérateur mondial (200 navires, 2 millions d’EVP). Mais surtout APL Nol est un "super régional" avec des positionnements avantageux pour CMA CGM : l’intra-Asie, l’Asie du Sud-Moyen-Orient et le transpacifique. En outre, l’ancrage à Singapour du groupe français, capitale mondiale du shipping, constitue un atout.

Paul Tourret, directeur de l’Isemar © Vincent Calabrèse
Paul Tourret, directeur de l’Isemar © Vincent Calabrèse
Une fois les projets de fusions avalisés par les autorités compétentes, quels sont les scénarios envisageables pour les alliances Ocean Three et CKYHE, sachant que les armateurs ne sont pas les seuls maîtres du jeu ? Est-ce qu'on doit s'attendre à une rationalisation de la flotte chinoise ?

Il semble évident que Cosco conservera sa place au sein de l'alliance historique CKYHE. L’apport d’APL Nol donne à CMA CGM un moyen de compenser le départ de China Shipping avec un allié modeste, mais dynamique, UASC (aujourd’hui essentiellement contrôlé par le Qatar). De toute façon, CMA CGM doit aller de l’avant, car sinon il risque de devenir un outsider, certes gros, mais isolé.
En théorie, Cosco China n’aura pas la flotte combinée des deux groupes fusionnés, car il faudra supprimer les doublons. La fusion est bien l’occasion de reconstruire la ligne régulière chinoise dans un contexte de concurrence aiguisée par l’absence de perspectives claires et de surcapacité manifeste.

Est-ce que cette vague de fusions va jouer un rôle sur le niveau des taux de fret sur le marché Est-Ouest Asie-Europe/Méditerranée ?

Super alliances, superfusions... La restauration des taux de fret a besoin d’une rationalisation maximale de l’offre maritime. Néanmoins, le problème apparu en 2015 est un affaiblissement des importations européennes. Les taux remonteront avec leur reprise, mais, pour l’instant, l’UE a besoin d’un euro faible.

"APL Nol, une acquisition judicieuse pour CMA CGM"


Est-ce que la fusion China Shipping-Cosco va doper la construction navale chinoise ?

Pour la construction navale, la Chine a aussi besoin de rationalisation et donc d’une vaste réorganisation de l’ensemble du secteur où se mélangent conglomérats d'État, filiales des compagnies maritimes, entreprises privées et joint-ventures internationales.

Vincent Calabrèse

Mercredi 6 Janvier 2016



Lu 1357 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse