La chute des taux de fret se généralise


Le secteur de la ligne régulière continue d'être frappé par le phénomène de surcapacité qui empêche les taux de fret de retrouver une courbe ascendante. L'avalanche de livraisons de "méga porte-conteneurs" neufs affectés sur les lignes Extrême-Orient-Europe a eu pour effet de maintenir la pression sur ces marchés mais aussi d'étendre aux marchés secondaires la baisse des taux de fret.


© Maersk
© Maersk
Sur 1,275 million d'EVP, soit la capacité globale que représente le nombre de porte-conteneurs neufs livrés au cours des douze derniers mois dans le monde, une proportion de 622.000 EVP a été affectée au marché Extrême-Orient-Europe. Pas moins de 33 navires neufs de plus de 10.000 EVP, représentant une capacité globale de 442.000 EVP, ont été livrés pendant cette période. Le "Maersk McKinney Moller", livré en juin, premier porte-conteneurs faisant partie de la série des 18.000 EVP de Maersk Line, reste le plus grand d'entre eux.
Alors que le nombre de nouvelles livraisons n'a pas cessé de progresser entre juin 2012 et juin 2013, la demande de transport sur le marché Extrême-Orient a continué de stagné. Alphaliner observe que le phénomène a conduit les armateurs à continuer à retirer du marché une capacité équivalente à celle qu'ils ont apportée avec leurs constructions neuves. Pour ce faire, ils ont réaffecté les navires de faible capacité sur d'autres lignes, déclenchant ainsi un tsunami d'offre de transport sur divers "trades".

"Les futures livraisons n'encouragent pas une embellie du marché"


À titre d'exemple, avec 321.000 EVP ajoutés au cours des douze derniers mois, soit une hausse de 12 %, le secteur Extrême-Orient-Amérique du Nord a enregistré une augmentation record de capacité. Sur ce total, des constructions neuves situées entre 3.500 et 9.200 EVP ont représenté une offre de 131.000 EVP. Les marchés liés aux régions Océanie et Afrique ont également vu leurs offres de transport respectives progresser de 15,1 % et 14,5 % pour s'établir à 89.000 EVP et 185.000 EVP.
Du coup, les lignes secondaires ont vu leurs taux de fret moyens chuter. Tel est le cas de la Chine qui a vu son marché plonger de 18 % en un an, selon les derniers chiffres du China Containerised Freight Index (CCFI). Alphaliner explique que le faible niveau des taux de fret provient du fait que les armateurs se sont montrés incapables de contrôler leurs augmentations de capacité. Bien que l'équivalent de 447.000 EVP soient partis à la casse ou aient été supprimés en un an, l'offre de transport dépasse encore les suppressions, avec un ratio de trois contre un.

Fermeture de services

La période entre juin 2012 et juin 2013 a subi un retrait de capacité hebdomadaire de 5,8 %, qu'Alphaliner attribue à la fermeture de services (et d'énumérer des lignes telles que le service AE9 de Maersk, le NE4 de l'alliance CKYH, le loop 3 du G6 et le CES d'Evergreen).
Les retraits de capacité sur l'axe Extrême-Orient-Europe du Nord a permis à ces derniers d'enrayer la chute des taux de fret. Les armateurs sont parvenus à faire entrer en vigueur une hausse de 900 dollars par conteneur de 20 pieds en juillet. "La pression demeure sur les taux, observe les consultants. Depuis début juillet, ils ont déjà baissé de 170 dollars".
En un an, selon les chiffres du CCFI, les taux en sortie des ports chinois ont baissé de 18 % sur le Nord Europe (passant d'un prix moyen de 1.307 dollars en juillet 2012 à 1.075 dollars le 20 pieds en juillet 2013), ils ont reculé de 22 % sur la Méditerranée (passant de 1.973 dollars à 1.534 dollars le 20 pieds). Ils ont également chuté de 30 % sur l'Amérique latine (pour s'établir à 761 dollars), de 34 % sur le Moyen-Orient et de 19 % sur l'Afrique du Sud. Le recul est moins notoire en revanche en sortie de Chine sur les lignes régionales (- 10 % en Intra-Asie), sur l'Australie (- 6 %) et sur l'Afrique de l'Ouest (- 10 %).
La perspective de nouvelles livraisons dans les mois qui viennent ne devrait pas sortir les taux de fret "spot" de l'ornière.
Reprenant à nouveau les statistiques du CCFI, Alphaliner indique que la taille moyenne des porte-conteneurs a progressé en un an de 5 % sur les lignes Extrême-Orient-Europe pour s'établir à 9.809 EVP. Sur le transpacifique, la capacité de ces unités a augmenté de 6 %, passant de 5.711 EVP à 6.049 EVP. Avec des porte-conteneurs d'une capacité moyenne de 1.329 EVP, les lignes intra-asiatiques sont celles qui utilisent les navires les moins grands.

Vincent Calabrèse

Mercredi 24 Juillet 2013



Lu 544 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 14:49 L’AMCF présente sa feuille de route


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse