La compétitivité en France vue du côté des armateurs


Au lendemain du premier Comité interministériel de la mer (Cimer) de la mandature de François Hollande, le témoignage des dirigeants des groupes Louis-Dreyfus Armateurs et CMA CGM la semaine dernière aux Assises de l'économie de la mer à Montpellier est venu apporter un éclairage entrepreneurial au dossier de la compétitivité des armateurs français abordé par le rapport Leroy.


Rodolphe Saadé, directeur général délégué de CMA CGM © CMA CGM
Rodolphe Saadé, directeur général délégué de CMA CGM © CMA CGM
La compétitivité des acteurs maritimes français fait partie des sujets polémiques qui sont abordés toutes les années lors des Assises de l'économie maritime et du littoral. Pour la 9e édition, alors que le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, présentait les mesures phare du Cimer qui s'était tenu la veille, le débat a introduit les nouveaux éléments apportés par le rapport Leroy.
Alors que Francis Vallat, le président de Cluster maritime français, venait de souligner que "tout est dit" dans le document remis par le député PS mais qu'"il faut passer aux actes", Philippe Louis Dreyfus, président de Louis-Dreyfus Armateurs, est venu une nouvelle fois égratigner la profession des banquiers. Il s'est de nouveau interrogé sur leur frilosité à l'égard du secteur. "C'est une industrie lourde. Ce n'est pas un service". Il a dû expliquer la stratégie à laquelle il a dû avoir recours pour financer l'acquisition de quatre vraquiers neufs construits en Chine. "Il fallait trouver une alternative pour financer ces navires. Nous avons fait affaire avec le groupe breton Roullier plus un autre grand groupe français".

Philippe Louis Dreyfus, président de Louis-Dreyfus Armateurs
Philippe Louis Dreyfus, président de Louis-Dreyfus Armateurs

L'accord débouchant sur une coentreprise avec l'entreprise malouine a permis à Louis-Dreyfus Armateurs de faire face à des coûts de financement très élevés. Selon son président, "pour un armateur, être français présente beaucoup d'atouts et beaucoup de handicaps. Mais les avantages compensent les handicaps".
Pour sa part, Rodolphe Saadé, directeur général délégué de CMA CGM, s'est voulu plus mesuré. Il a indiqué : "Nous voyons beaucoup d'avantages à être français", rappelant que le troisième armateur mondial exploite à ce jour 22 navires sous pavillon national. Critiquer l'État français eut été mal venu pour un armateur qui vient de recevoir l'aide du FSI. Le dirigeant du groupe a d'ailleurs joué franc-jeu en rappelant la genèse de la démarche : "Lorsque nous nous sommes retrouvés en difficulté en 2009, nous nous sommes tournés vers l'État".

"Le P3 est une alliance opérationnelle"

Interrogé sur le projet d'alliance P3, il a souhaité à son tour apaiser les inquiétudes grandissantes des marchés Est-Ouest sur l'arrivée en 2014 de ce poids lourd du secteur conteneurisé issu d'un accord avec les deux autres leaders européens. "Le P3 est une alliance opérationnelle. Nous avons souhaité la créer pour faire face à la volatilité du marché", a souligné Rodolphe Saadé. "Nous allons continuer à avoir nos propres politiques tarifaires", a-t-il indiqué. Il a insisté : "Nous allons mettre en commun nos moyens opérationnels".
Il a confié être allé à Washington, en Chine et à Bruxelles, à la rencontre des autorités qui doivent délivrer leur feu vert à l'entrée en vigueur de cet accord de partenariat.

"Le maritime est une industrie lourde. Ce n'est pas un service"


Le directeur général délégué du groupe armatorial français a précisé que le P3 serait basé à Londres, une place internationale. Car ses trois membres fondateurs n'ont pas souhaité l'installer à Marseille, Genève ou Copenhague, les places où sont installés les sièges sociaux des trois armateurs.
Abordant le sujet du financement des navires, Rodolphe Saadé a indiqué : "Les Chinois et les Taïwanais ont accès à des financements spécifiques. On ne peut plus retrouver cet avantage en Europe". Selon lui, "rien n'est acquis pour les armateurs européens".

Vincent Calabrèse

Lundi 9 Décembre 2013



Lu 741 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse