La direction de la SNCM plaide pour le redressement judiciaire


La direction de la SNCM a de nouveau présenté mardi 16 septembre, au grand dam des syndicats, le redressement judiciaire comme option privilégiée pour sortir de l'ornière la compagnie maritime, condamnée par Bruxelles à rembourser 440 millions d'euros.


© Franck André
© Franck André
La direction de la SNCM plaide de nouveau pour le redressement judiciaire. "Le spectre du redressement judiciaire est toujours d'actualité. Cela fait partie des problématiques que nous aurons à traiter dans les semaines et dans les mois qui viennent, en sachant qu'il y a toujours des discussions entre l'État et Bruxelles et ce sont ces discussions qui dicteront notre positionnement", a lancé Olivier Diehl, le président du directoire de la compagnie à la sortie de la réunion de près de six heures, tenue le 16 septembre à la préfecture à Marseille, autour du médiateur nommé par le gouvernement, Gilles Bélier.
L'option du redressement judiciaire a la faveur de l'actionnaire majoritaire Transdev et de l'État qui estiment qu'elle est la seule solution pour s'affranchir des condamnations de Bruxelles. La Commission européenne demande à la compagnie de rembourser 440 millions d'euros d'aides indûment perçues, selon Bruxelles. "Aucun repreneur ne viendra s'il n'y a pas une fiabilité retrouvée. Il faut recentrer l'entreprise sur son «core business» (cœur d'activité, NDLR), c'est-à-dire simplifier les structures, et surtout s'occuper de nos clients", a sommairement détaillé Olivier Diehl.

Pas de solution pour l'instant

Deux nouvelles réunions sont programmées les 7 et 28 octobre, dans le cadre de ce processus enclenché en juillet par le médiateur du gouvernement pour sortir d'une grève de dix-sept jours ayant paralysé le trafic de la compagnie entre la Corse et le continent en pleine saison touristique. "C'était une réunion difficile, il faut approfondir. Il n'y a pas de solution dégagée pour l'instant. Le redressement judiciaire demeure un point de débat", a déclaré Gilles Bélier, affirmant que "la question de la restructuration se posera avec ou sans redressement judiciaire".
De leur côté les syndicats ont marqué leur déception estimant qu'il y avait peu d'avancées depuis le mois de juillet. "Il n'y a rien qui légitime le redressement judiciaire", a tempêté Frédéric Alpozzo, le représentant de la CGT marins, affirmant qu'il était "erroné" de dire que la compagnie était condamnée à payer immédiatement les 440 millions réclamés par Bruxelles. "L'État n'est pas sérieux sur ce dossier et cherche auprès de la Commission européenne à sortir du capital de la SNCM et à légitimer le modèle de Corsica Ferries", a-t-il ajouté. "Nous allons mettre en œuvre tous les moyens à notre disposition, juridiques, politiques et, si nécessaire, le rapport de force pour que le gouvernement revienne à la raison", a prévenu le représentant CGT.

"Deux nouvelles réunions sont programmées les 7 et 28 octobre"


"Malheureusement ce soir je reste pessimiste", a lancé le représentant de la CFE-CGC, Pierre Maupoint de Vandeul, regrettant que "les acteurs autour du dossier ne soient toujours pas coordonnés". "Aujourd'hui aucun des acteurs autour de la table n'est en mesure de nous apporter des garanties, sur la transmissibilité juridique de la délégation de service public entre la Corse et le continent et sur l'effacement de passif". "Que vaut un projet quand personne ne le soutient. Ce qui manque ce sont les garanties juridiques. Aujourd'hui, il y a un postulat de départ qui a été pris par les actionnaires, par le gouvernement, d'une solution de discontinuité alors qu'elle n'est même pas préparée", a lancé le représentant de l'encadrement craignant que le redressement judiciaire n'aboutisse "à envoyer une des plus grosses compagnies de navigation françaises au tapis".

AFP

Mercredi 17 Septembre 2014



Lu 174 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse