La dynamique des OFP se poursuit


Avec le lancement imminent d’OFP Sud-Ouest à Bayonne et de Régiorail Rhône-Alpes, une quinzaine d’opérateurs ferroviaires de proximité et portuaires circuleront en 2016 en France. Dans le même temps, les premières conventions de financement sur le réseau capillaire fret sont en passe d’être signées pour des travaux programmés l’an prochain.


Euro Cargo Rail au tour de table d’OFP Sud-Ouest © ECR
Euro Cargo Rail au tour de table d’OFP Sud-Ouest © ECR
Petite ou moyenne entreprise autonome ou évoluant en réseau, l’OFP combine des compétences logistiques et ferroviaires au moyen de personnels polyvalents, généralement sédentaires, capables de proposer deux sortes de services : «Une offre de transport adaptée à un territoire allant du groupage à la traction de trains complets sur des distances variables», et/ou «une prestation de gestionnaire d’infrastructures (PGI)». À l’aide de cette définition défendue par André Thinières, délégué général d’Objectif OFP, neuf OFP à la tête d’une offre de transport ont été créés en France ces cinq dernières années, tandis qu’on recense treize PGI.
S’agissant des OFP, six sont territoriaux ou continentaux. Il s’agit de CFR Morvan, TPCF Régiorail rebaptisé récemment Régiorail Sud de France, RDT 13, Bourgogne Fret Service, Régiorail Lorraine et Ferrivia. S’ajoutent trois OFP portuaires que sont OFP Atlantique sur les ports de La Rochelle et de Nantes-Saint-Nazaire, Normandie Rail Services à l’initiative de SNCF Logistics au Havre, et Régiorail Provence à Marseille-Fos. Ensemble, ces TPE-PME traiteront 5,6 millions de tonnes en 2015, soit 6,3 % du trafic ferroviaire national contre 4 % en 2014.  Leurs moyens se composent de 55 locomotives et d’un effectif de 250 personnes. Avec des exploitations territoriales autonomes, trois entreprises ferroviaires pourraient rejoindre ce bataillon d’OFP : Europorte Châtillonnais, VFLI Strasbourg et OSR Nord-Pas-de-Calais.

OFP Sud-Ouest à Bayonne et au-delà

Au titre des OFP territoriaux, quatre nouveaux opérateurs sont sur le point d’être créés. Il s’agit d’Agenia, Fer Alliance, Régiorail Champagne-Ardennes et Régiorail Rhône-Alpes. De loin le plus avancé, ce dernier débute actuellement ses tractions ferroviaires d’eaux minérales entre Ambérieu et Évian. Du côté des OFP portuaires, le lancement opérationnel d’OFP Sud-Ouest est annoncé courant janvier.

"À l’origine de 6,3 % du trafic ferroviaire national"


Appelé à soutenir le développement du port de Bayonne, il compte à son tour de table la CCI Bayonne-Pays Basque (40 %), Euro Cargo Rail (24,9 %), le GIE de coopératives agricoles Maïsica, la Société logistique du Pays Basque (10 %) ainsi que les Silos de l’Adour, Perguilhem, Ambrogio et ABF. À l’instar d’OFP Atlantique, ECR filiale de DB Schenker Rail lui fournira les engins de traction et les personnels de conduite. Toujours sur le modèle à succès de l’OFP rochelais et ligérien, sa zone de chalandise couvrira l’hinterland du port de Bayonne, ainsi que l’ensemble du territoire aquitain voire au-delà selon opportunités.

Réseau capillaire : approche ligne par ligne

Sur les treize PGI recensés par André Thinières, quatre interviennent sur le réseau ferré national, et neuf sur les réseaux portuaires dépendants, en majorité, d’Europorte filiale d’Eurotunnel. Pour de nombreux observateurs, leur avenir et leur développement sont étroitement liés à l’évolution du réseau capillaire fret. Thème central de la conférence ministérielle sur la relance du fret ferroviaire de décembre 2014, la mobilisation des chargeurs locaux et collectivités territoriales, en particulier des Régions, semble aujourd’hui porter leurs fruits. Soutenues par les pouvoirs publics via l’Afitf et une enveloppe de 30 millions d’euros sur trois ans, les premières conventions de financement sont en cours de finalisation avec des travaux programmés en 2016. Elles concernent les tronçons Blois-Villefrancoeur (15,3 km), Vendôme-Montoire (15,2 km), La Gorp-Bec d’Ambès (16,2 km), Neufchâteau-Gironcourt (28,5 km) et  Verdun-Dugny (8,7 km). Cumulés, les tonnages en jeu s’élèvent à près d’un million de tonnes. D’autres conventions sont en cours d’instruction pour des travaux non planifiés pour l’heure. Les tonnages associés s’élèvent à près de 3 millions de tonnes. Ces volumes confirment la position des chargeurs sur le calcul de rentabilité des lignes capillaires, soit d’intégrer les retombées globales de leurs trafics sur le réseau ferré principal estimées à plus de 20 %.

Érick Demangeon

Mercredi 16 Décembre 2015



Lu 969 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse