La fiabilité et la compétitivité de retour à Marseille


Un an après avoir organisé une table ronde pour rassurer la clientèle du port de Marseille, l'Union maritime et fluviale de Marseille-Fos (UMF), à l'issue de son assemblée générale annuelle, faisait le bilan mercredi 27 juin de sa première année de fiabilité et de productivité suite à l'entrée en application de la réforme portuaire. Tous les tonnages ne sont toutefois pas encore au rendez-vous. La conjoncture n'aide pas le port phocéen à voir les chiffres escomptés s'afficher...


Hervé Balladur, président de l'UMF  © VJC
Hervé Balladur, président de l'UMF © VJC
C'est un bilan en demi-teinte qu'a dressé l'UMF à l'occasion du débat annuel organisé par la place portuaire. Pour Hervé Balladur, son président, grâce aux améliorations obtenues en termes de fiabilité depuis mai 2011, "on a récupéré les volumes à l'export. À l'import, ce n'est pas encore le cas". Il juge qu'un gisement de trafic situé dans son hinterland échappe encore au port. Et de rappeler qu'avec une étude réalisée auprès des chargeurs, la fédération de la place portuaire a mené des réflexions dans le cadre de la structure promotionnelle "Via Marseille-Fos" (l'ex-Marseille-Europort) qui s'est fixé pour première cible le bassin méditerranéen en commençant par l'Algérie puis la Tunisie.
Les représentants de la communauté des professionnels sont convaincus que le Grand Port maritime de Marseille (GPMM) peut fournir quelques efforts pour que la place gagne en compétitivité et tirer les bassins Est de l'ornière. Hervé Balladur souhaite à son tour la création de navettes ferroviaires entre la Suisse et Fos. À ses yeux, en supprimant 400 emplois, le GPMM pourrait dégager un budget permettant de financer des liaisons entre le port et son hinterland industrialisé.
Du côté des armateurs, la confiance est de retour, Franck Dedenis, le directeur général France de Maersk Line, estime la profession "très bien servie" à Fos. "Nous avons l'impression d'être écoutés", souligne-t-il. Et d'ajouter, prudemment : "Il faudra toutefois être attentifs sur les coûts".
Dans une autre catégorie de compagnie maritime, Andrea Cerruti, le directeur d'agence de l'italien Ignazio Messina (un fidèle client du poste 157 dans les bassins Est), relève que "les aléas rencontrés dans certains ports ne sont plus rencontrés à Marseille".
Jaap van den Hoogen, le président de l'AACN, constate que "la productivité, avec 27 à 28, parfois 30 mouvements à l'heure, est excellente à Fos". Mais il déplore qu'un navire de 2.000 EVP puisse rester parfois deux journées. Il souhaite que Fos soit opérationnel 24 heures sur 24, à l'instar de 99 % des ports du monde.

"Les bassins Est sont en péril. C'est une affaire de mois"


Chez les manutentionnaires, on se dit satisfait du progrès accompli en un an. Pour François Hedelin, directeur commercial chez Eurofos, avec l'entrée en vigueur de la réforme et l'application du commandement unique, "c'est un retour à la normale. Une page est tournée". Xavier Hauterat, DG de Carfos (groupe Sea Invest), estime que la fiabilité est de retour et que le taux de panne de l'outillage est passé de 29 % à 6 %. Georges Chapus, PDG de Seayard, interpellé par un transporteur sur les files d'attente à l'entrée du terminal de Fos, a tranché : "Les difficultés informatiques sont derrière nous".
Dans les bassins Est, François Henry, directeur d'Intramar, profite de l'auditoire pour alerter les portuaires sur l'avenir des bassins Est. Ils sont, à ses yeux, "en péril". Il souhaite "une aide au marché indirecte", la création d'une "navette interbassins" et appelle les collectivités et le GPMM au secours de cette partie du port. Selon lui, à l'Est, "c'est une affaire de mois". Pas plus...
Du côté des chargeurs, Philippe Bonnevie, délégué général de l'AUTF, s'est montré moins polémique qu'à l'accoutumée. Il a estimé que "toutes les conditions étaient réunies" pour que le trafic redécolle. "Un an, c'est suffisant pour qu'un exportateur réorganise son circuit logistique en faveur des ports français". D'ailleurs, il dit encourager ses adhérents à en reprendre le chemin.
Si la conjoncture s'améliore, l'objectif des 5 millions d'EVP pour 2025 tel que rappelé par Frédéric Dagnet, le directeur de la mission "Prospective et évaluation" du GPMM, reste atteignable.

Vincent Calabrèse

Jeudi 28 Juin 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse