La justice sud-coréenne met en vente STX



Le chantier naval de Saint-Nazaire est la seule unité profitable de STX Offshore & Shipbuilding © STX
Le chantier naval de Saint-Nazaire est la seule unité profitable de STX Offshore & Shipbuilding © STX
Le groupe sud-coréen en difficulté STX Offshore & Shipbuilding a été mis en vente mercredi 19 octobre par la justice à Séoul en même temps que sa florissante filiale française, les chantiers navals de Saint-Nazaire, avec possibilité d'acheter les deux sociétés séparément ou en bloc. Le fleuron français est la seule unité profitable de STX Offshore & Shipbuilding, qui a demandé en mai son placement en redressement judiciaire.
Sur ordre du tribunal de commerce du district central de Séoul, l'appel d'offres public publié dans un journal local invite les acheteurs potentiels à envoyer leurs lettres d'intention d'ici le 4 novembre. "Les candidats peuvent faire une offre pour l'une ou l'autre des deux compagnies ou pour les deux à la fois", dit l'avis. Un porte-parole du tribunal avait fait part mardi 18 octobre de sa préférence pour une vente groupée.
STX Offshore possède les deux tiers de STX France depuis 2008, le tiers restant étant aux mains de l'État français. Les banques créancières de STX Offshore et autres parties intéressées doivent se retrouver le 11 novembre pour donner leur feu vert au projet de réhabilitation du groupe. En cas de rejet, STX risque la liquidation. STX Offshore & Shipbuilding se débat depuis des années avec des pertes croissantes provoquées par une gestion défaillante et une demande globale en berne.

La construction navale sud-coréenne dans la crise

STX France, qui compte 2.600 salariés et fait travailler environ 5.000 sous-traitants, est lui en pleine forme. L'entreprise dispose d'un carnet de commandes très bien rempli, avec quatorze paquebots à construire d'ici 2026 pour deux gros clients, l'italo-suisse MSC Croisières et l'américain Royal Caribbean. STX France avait été revendu à STX en 2008 par le norvégien Aker Yards, qui l'avait racheté en 2006 à Alstom.
STX Offshore & Shipbuilding, jadis le quatrième constructeur sud-coréen, est sous le contrôle de ses créanciers depuis 2013, dont la banque publique Korea Development Bank. Ceux-ci ont lâché plus de 4.000 milliards de wons (3,2 milliards d'euros) pour l'aider à faire face à ses échéances. Mais cela n'a pas suffi à remettre l'entreprise à flot et son endettement total atteignait 7.300 milliards de wons en juin.
Les constructeurs sud-coréens, qui avaient évincé leurs concurrents européens et japonais dans les années 1980 et 1990 pour détenir au sommet de leur gloire près de 70 % du marché, affrontent une crise sans précédent qui menace la survie même de l'une des industries emblématiques de la quatrième économie d'Asie. En cause, le ralentissement de l'économie mondiale et la chute des cours du brut qui ont réduit la demande en porte-conteneurs et autres pétroliers, mais aussi la concurrence de constructeurs chinois meilleur marché qui ont plombé les Sud-Coréens.
L'avenir des chantiers navals de Saint-Nazaire est source d'inquiétudes en France. Une éventuelle vente en bloc de STX pourrait mettre financièrement hors course deux candidats industriels européens qui avaient montré leur intérêt pour le fleuron français - le néerlandais Damen et l'italien Fincantieri, et suscite les inquiétudes des syndicats. Face aux craintes de voir tomber le fleuron français de l'industrie navale dans l'escarcelle d'un repreneur "prédateur", le ministre français de l'Économie, Michel Sapin, avait assuré mardi 18 octobre que Paris disposait d'armes en tant qu'actionnaire. La semaine dernière, le gouvernement français avait déjà fait savoir qu'il n'envisageait pas de nationaliser Saint-Nazaire pour faire barrage à certains acquéreurs, notamment chinois, particulièrement redoutés par les syndicats, mais qu'il veillerait à ce que soit retenu un repreneur soucieux des intérêts français.
 

AFP

Mercredi 19 Octobre 2016



Lu 200 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse