"La lente asphyxie de l'industrie française"



© Air France
© Air France
Le président du Groupe des fédérations industrielles (GFI), Pierre Gattaz, a lancé mardi 26 février "un cri d'alarme sur la situation de l'industrie" française et en particulier "des marges de l'industrie" qui "continuent de diminuer". "L'asphyxie lente de l'industrie française n'a pas été réglée", a déclaré M. Gattaz. Le taux de marge de l'industrie française est tombé à 22,2 % au troisième trimestre 2012 contre 34 % en 2000, a-t-il indiqué. "C'est un point par an de marge perdu alors que, pendant ce temps-là, les Allemands ont récupéré 6 points", passant de 28 % en 2000 à 34 % aujourd'hui, a détaillé M. Gattaz. Les marges "permettent de faire de l'innovation, de l’exportation, des investissements, de l'embauche, de la formation", mais si elles sont "comprimées", les entreprises "ne peuvent plus faire de la compétitivité hors coût", a-t-il ajouté. "Si on ne remet pas de l'oxygène rapidement dans la machine, nous allons continuer de nous asphyxier", a lancé le président du GFI.
Il a renouvelé la demande d'une "baisse de 50 milliards d'euros des charges", correspondant à 2,5 points de PIB ou la différence de coût de la protection sociale entre la France et la zone euro, a-t-il dit, en estimant que le crédit impôt compétitivité et emploi est" nécessaire, mais largement insuffisant". La mesure "ne fait que compenser la vingtaine de milliards de prélèvements obligatoires mis en œuvre depuis deux, trois ans", selon M. Gattaz. Le président du GFI a comparé le niveau de dépenses publiques de la France de 56 % du PIB à celui de l'Allemagne de 46 %. "Nous avons 10 points de plus de dépenses en PIB que l'Allemagne, ce qui est énorme", a-t-il déclaré. "Il y a un vrai problème. La solution de facilité c'est de taxer. Plus vous taxez, plus vous asphyxiez les acteurs économiques qui créent de l'emploi", a-t-il insisté.
L'activité industrielle en France a enregistré une contraction de l'ordre de 2,2 % en volume en 2012, a indiqué de son côté Denis Ferrand, directeur général de l'institut Coe-Rexecode. "Les moteurs internes de la croissance sont à l'arrêt", a-t-il dit, en citant la consommation et l'investissement des entreprises. Les anticipations d'investissement se dégradent, selon M. Ferrand, qui pointe aussi des "signaux de fragilisation récente de la trésorerie" des entreprises. Selon les prévisions de Coe-Rexecode, 99 % de la croissance mondiale se fera hors zone euro sur la période 2012-2014, et la croissance française dépendra donc de ses exportations.

AFP

Mercredi 27 Février 2013





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse