La logistique fluviale urbaine peine à s'imposer


Le potentiel et la pertinence du transport fluvial en logistique urbaine sont reconnus depuis longtemps. Adossés à des modèles économiques où la route est prise pour base de comparaison, les projets peinent pourtant à aboutir. La mutualisation des flux, l'intervention publique à tous les échelons, et la valorisation des externalités positives sont quelques pistes qui faciliteraient le déploiement de logistiques urbaines... durables.


Ligne fluviale de déchets ménagés opérée par CFT entre le Quai du Rhin du GPMH et Radicatel pour le compte du Sevede © Sevede
Ligne fluviale de déchets ménagés opérée par CFT entre le Quai du Rhin du GPMH et Radicatel pour le compte du Sevede © Sevede
Difficile de mener à bien et sur la durée un projet de logistique fluviale urbaine. Ce n'est pas faute d'originalité ni d'innovations comme l'ont démontré les intervenants à la journée d'information coorganisée par Voies navigables de France et France Nature Environnement à Paris le 25 juin. La plupart butte "sur l'équilibre de leur modèle économique face à la concurrence et la compétitivité de la route ainsi qu'à l'absence d'harmonisation intermodale. La comparaison avec la route est faussée car les externalités positives de la voie d'eau et ses avantages sociétaux ne sont pas valorisés dans les schémas actuels", déplore Michel Dubromel responsable Transports à FNE. Deux fleurons de la logistique urbaine témoignent de ces difficultés dont le service de livraison de colis Vert Chez Vous à l'aide d'une combinaison route-fleuve-deux roues (cargo cycle). Né de l'association des groupes Tendron et Labatut, Vert Chez Vous a interrompu ses activités à Paris depuis près de deux mois, faute de rentabilité et face à la concurrence des services de livraison routiers classiques. Avec une nouvelle unité fluviale spécifique à ses besoins, l'entreprise envisage de relancer son offre d'ici quelques mois.

Enjeux de la mutualisation

Lancée sous les feux de l'actualité en octobre 2012, la logistique fluviale conçue par Franprix et Norbert Dentressangle souffre elle aussi, reconnaît Laurent Kamiel directeur des flux du distributeur. À la rigidité des horaires de passage des écluses, la ligne fluviale entre les ports de Bonneuil-sur-Marne et de La Bourdonnais, au pied de la tour Eiffel, peine à trouver des partenaires pour mutualiser et optimiser ses capacités. Ce frein fragilise aussi la rotation hebdomadaire Rouen-Gennevilliers créée dès juin 2008 par Marfret pour le compte d'UPM Kymene. Transport de bobines de papier neuf à l'aller, papiers à recycler au retour, ce service propose une prestation porte à porte avec pré et post acheminements routiers.
Après l'apport ponctuel de caisses mobiles sous température dirigée par Ferrero et Stef entre Rouen et Gennevilliers, la ligne récupérera dès septembre sur le même axe, des flux de l'éco-organisme Éco-Systèmes spécialisé dans la collecte et le traitement des déchets d'équipements électriques et électroniques (D3E).

Rôle des collectivités locales

Avec le soutien de ses membres, l'initiative du Syndicat d'élimination et de valorisation énergétique des déchets de l'estuaire* est un autre exemple de logistique fluviale urbaine réussie. Depuis 2005, il pilote avec le concours de CFT, et les grands ports maritimes du Havre et de Rouen une boucle fluviale six jours sur sept entre le quai havrais du Rhin et le port de Radicatel via le canal de Tancarville. À l'aide de la barge "Salamandre" de 45 EVP de capacité et du pousseur "Jean Bart", le service traite 100.000 tonnes de déchets ménagers par an. Conditionnés dans des caissons-bennes, les déchets sont transbordés de la route vers le fleuve en mode roulier par des personnels dockers.  "Le prix moyen à la tonne s'élève à 22,5 euros à comparer aux 12,5 euros à la tonne par une organisation 100 % routière identique. Le choix de la voie d'eau est une décision volontaire des collectivités adhérentes du Sevede qui financent ses prestations", explique Gilles Allain directeur général du Syndicat. Chaque année, la ligne fluviale déleste l'agglomération havraise et le trajet avec Radicatel de près de 10.000 poids lourds.

* Le Sevede rassemble 136 communes, trois centres de transfert de déchets au Havre, Yvetot et à Touques ainsi qu'une unité de valorisation énergétique à proximité du port de Radicatel

Érick Demangeon

Vendredi 1 Août 2014



Lu 2684 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 14:12 Port de Lyon : le fer porte la croissance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse