La logistique se rapproche du port du Havre


En 2013, le norvégien Odfjell et l’allemand Röhlig ont choisi Le Havre pour s’implanter en France. Le potentiel de la place portuaire séduit.


Emmanuel Zervudacki, chargé de mission Transport et logistique © Éric Houri
Emmanuel Zervudacki, chargé de mission Transport et logistique © Éric Houri
"Accompagner nos clients non plus uniquement sur la partie maritime et aérienne ou sur des projets industriels mais également tout au long de la chaîne logistique fait partie du plan Stratégie 2018 du groupe", explique Érick Achaintre, directeur général de Röhlig France. Le commissionnaire allemand (huit agences en France, 125 personnes, 80 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012 et une croissance de 10 % prévue pour l’année 2013) dit commencer "modestement" avec l’ouverture à Etainhus, près du Havre, de 3.000 m2 d’entrepôts, "un ballon d’essai". Après la Chine et les Pays-Bas, Röhlig a choisi Le Havre pour s’implanter en France : "La paix sociale, les infrastructures de Port 2000 qui peut accueillir de nouveaux navires de 18.000 EVP et la possibilité de regrouper des activités logistiques jusque-là sous-traitées ont été les raisons déterminantes de ce choix". Les activités d’entreposage, dépotage et empotage de conteneurs et de cross-docking, effectives depuis fin août 2013, seront suivies d’activités liées à la supply chain dès le premier trimestre 2014, selon Érick Achaintre.
Autre implantation, autre dimension : en juillet, Odfjell et le Grand Port maritime du Havre ont signé un protocole de réservation de site pour un terrain de près de 32 hectares situé sur le port, le long du Grand Canal maritime. Après Rotterdam (Pays-Bas) et Anvers (Belgique), le géant norvégien du transport et de la logistique compte faire du Havre sa troisième plate-forme européenne et investir entre 150 et 200 millions d’euros pour développer une première phase portant sur 150.000 m3 de stockage de produits pétrochimiques et produits dérivés du pétrole. Le terminal pourrait ouvrir fin 2017.

Aménagements en cours

Au Havre Développement, Emmanuel Zervudacki, chargé de mission Transport et logistique, constate "une forte demande d’entrepôts de classe A qui montre un vrai regain d’intérêt des logisticiens et des chargeurs pour le retour de la logistique vers les ports et en particulier vers la place havraise". À la clé, différents projets d’aménagements en cours. Ainsi Alsei réfléchit à la construction d’un troisième bâtiment d’entrepôts sur le parc logistique du pont de Normandie (PLPN), dans un projet global de 150.000 m2. Prologis envisage une expansion sur le parc du Hode et a toujours la possibilité de construire un entrepôt supplémentaire à Etainhus. Selon Emmanuel Zervudacki, "de grands noms de la logistique regardent avec intérêt la place portuaire havraise pour s’y implanter, développer leur activité et accompagner leurs clients chargeurs dans une démarche d’optimisation de leur supply chain". La place havraise dispose déjà de 1,5 million de m² d’entrepôts couverts sur ses parcs logistiques.

"Objectif : renforcer l'attractivité portuaire"


Dans la présentation de sa stratégie pour 2030, l’alliance portuaire de l’axe Seine Haropa l’observe : "Les grands donneurs d’ordre demandent de plus en plus dans les appels d’offres à ce que soient proposées des solutions utilisant le potentiel des ports pour reconfigurer leurs chaînes logistiques". Cette concentration sur les ports s’explique : limitation des stocks et suppression des entrepôts, optimisation des coûts et des processus, présence d’une main-d’œuvre formée, foncier à proximité des infrastructures moins cher et moins limitant en termes de taille et de nuisance qu’autour des grands centres de consommation. Haropa vise à définir une offre foncière coordonnée sur l’axe Seine "à hauteur de 500 hectares à long terme, dont 300 hectares à moyen terme" et à favoriser la massification et la multimodalité. Objectif : renforcer son attractivité portuaire. À proximité immédiate du parc logistique du pont de Normandie, la future plate-forme multimodale pourrait constituer "l’indispensable maillon" d’une chaîne de transports massifiés à l’échelle de l’axe Seine et sur l’hinterland ouest-européen.

Natalie Castetz

Mercredi 25 Septembre 2013



Lu 360 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 26 Septembre 2013 - 15:54 Cherbourg : allongement du quai des Flamands

Jeudi 26 Septembre 2013 - 15:34 Pour Haropa, 2030, c’est déjà demain


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse