La période d'observation de la SNCM prolongée jusqu'au 18 mars



La SNCM avait 41 millions d'euros de trésorerie disponible au 26 janvier © Franck André
La SNCM avait 41 millions d'euros de trésorerie disponible au 26 janvier © Franck André
Le tribunal de commerce de Marseille a prolongé la période d'observation de la SNCM, dans le cadre de son redressement judiciaire jusqu'au 18 mars. Dans son jugement, le tribunal rappelle que la trésorerie disponible de la société était de 41 millions d'euros au 26 janvier, selon la direction, qui estime que "l'impasse de trésorerie se situera probablement entre le 15 et le 30 avril 2015".
Dans ce cadre, un nouveau rendez-vous judiciaire est fixé au 18 mars, au cours duquel la direction de la SNCM devra notamment produire des éléments sur son activité et son exploitation d'ici à la fin du mois de février, et un point sur sa trésorerie à la même date, ainsi que des prévisions pour les mois de mars, avril et mai.
Devant le tribunal, les administrateurs judiciaires ont rappelé que la SNCM faisait "face à des difficultés immenses à la fois d'exploitation (...), de gouvernance (...) et d'endettement", évoquant la nécessité de commencer des "négociations intenses (...) sur les termes d'un plan de sauvegarde de l'emploi malheureusement inéluctable". Une liquidation "serait une catastrophe sociale et économique", ont-ils jugé.
Le 4 février, la direction de la société a présenté aux salariés les cinq offres fermes et deux lettres d'intention déposées pour la reprise la compagnie, qui emploie 1.500 personnes en CDI. Elles émanent notamment du groupe Baja Ferries de Daniel Berrebi, de l'ex-directeur du port de Marseille Christian Garin, du patron corse Patrick Rocca et de l'armateur grec Attica. Toutes prévoient d'importantes suppressions d'emplois et sont soumises à des conditions suspensives, selon la CFE-CGC: transmission de la délégation du service public (DSP) Corse/continent, renégociation des accords sociaux et effacement ou non des condamnations de Bruxelles à rembourser 400 millions d'euros d'aides publiques.
Dénonçant le "jeu trouble de l'État actionnaire, voire de l'État tout court", la CFE-CGC a annoncé que le Premier ministre Manuel Valls serait "sollicité pour une rencontre avec les élus SNCM" lors de sa visite prévue à Marseille en début de semaine.

AFP

Jeudi 5 Février 2015



Lu 123 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse