La piraterie mondiale diminue mais l'Afrique préoccupe


La piraterie maritime a encore reculé sur le globe au cours du premier semestre 2016. Le golfe de Guinée est la seule zone ayant vu augmenter le nombre d'actes. Cette région a aussi la primauté s'agissant de la violence sur les personnes.


© EU Navfor Somalia
© EU Navfor Somalia
Au cours du premier semestre 2016, le nombre d'actes de piraterie a atteint son niveau le plus bas depuis 1995, selon le Bureau maritime international (BMI) de la Chambre de commerce internationale (ICC). Ce, malgré une hausse en Afrique de l'Ouest.
Durant les six premiers mois de l'année, 98 incidents ont été répertoriés par l'institution, contre 134 sur la même période de 2015. Le BMI rappelle que le record d'attaques sur une année avait été de 445 en 2003 puis de nouveau en 2010. Le rapport semestriel dénombre 72 navires abordés, 5 détournés et 12 tentatives d'attaques échouées. Neuf bateaux ont essuyé des tirs et 64 membres d'équipages ont été pris en otage à bord de leur navire. Bien que ce dernier total reste élevé, il a été divisé par quatre comparé au premier semestre de l'année dernière.
Le BMI explique l'amélioration globale par deux facteurs : la poursuite de la dissuasion envers les pirates somaliens et les récents progrès autour de l'Indonésie. Les attaques dans les eaux indonésiennes ont retrouvé leur niveau de 2011. En englobant toute la région d'Asie du Sud-Est, leur nombre est même inférieur à ce qu'il était cette année-là.
L'organisation y voit le résultat de la mise en place d'aires de mouillage protégées par les patrouilles indonésiennes et d'une adhésion de la plupart des navires à cette solution. Ces derniers sont invités à maintenir un haut niveau de surveillance et à signaler tout phénomène suspect. Pour le BMI, la collaboration des polices maritimes malaisienne, indonésienne et philippine a permis une baisse de la piraterie dans toute la région de 61 % (de 79 à 31 attaques).
Concernant la Somalie, où une seule attaque a été rapportée depuis début 2016 (aucune en 2015), le BMI insiste sur la poursuite du respect des consignes de sécurité pour conserver cette dynamique.

Inquiétudes en Afrique de l'Ouest

En revanche, l'évolution de la piraterie est préoccupante près des côtes africaines, en particulier dans le golfe de Guinée, où le nombre d'attaques a augmenté de 21 à 30 entre les premiers semestres de 2015 et de 2016. Le seul Nigeria a vu les actes de piraterie plus que doubler sur la période, de 11 à 24. D'autre part, les attaques les plus violentes ont été recensées autour des côtes africaines, où l'usage des armes a encore augmenté.

"Les pirates d'Afrique de l'Ouest sont responsables du quadruplement des enlèvements"


Les pirates agissant dans cette région sont responsables de la hausse importante des enlèvements dans le monde, multipliés par plus de quatre comparé à il y a un an (de 10 à 44) puisque 24 se sont produits dans les eaux nigérianes. “Dans le golfe de Guinée, plus que des pétroliers détournés pour leur cargaison, il y a une recrudescence des kidnappings de marins contre rançon”, constate le directeur du BMI, Pottengal Mukundan.
Le golfe de Guinée a été le théâtre de sept des dix attaques qui se sont terminées par des enlèvements tandis que les eaux du Nigeria ont vu huit navires subir des tirs d'armes à feu sur neuf ayant connu cette mésaventure dans le monde au cours du premier semestre.
La situation est d'autant plus préoccupante que le BMI croit savoir que beaucoup d'autres attaques dans cette région n'ont pas été rapportées par les armateurs.

Phénomène contenu

D'une manière globale, les violences faites aux membres d'équipages (prises d'otages, enlèvements, menaces, agressions, blessures et meurtres) sont géographiquement concentrées puisque seulement six pays sont concernés par ces actes : Indonésie, Malaisie, Philippines, Côte d'Ivoire, Kenya et Nigeria. Selon le rapport, aucun homme ou femme n'a été tué au cours d'une attaque de pirates au premier semestre 2016, ce qui n'avait jamais été le cas au cours des cinq années précédentes.
Pour le capitaine Mukundan, ce fléchissement de la piraterie mondiale est encourageant mais la vigilance reste essentielle, surtout au large des côtes somaliennes, malgré la grande accalmie de ces dernières années, et bien sûr dans le golfe de Guinée. Il enjoint aussi les armateurs à déclarer toutes les attaques dont sont victimes leurs équipages afin de mieux lutter contre ce phénomène. Le BMI rappelle enfin que, malgré les progrès, les pirates somaliens détenaient encore au 30 juin 29 marins contre rançon.

Franck André

Lundi 1 Août 2016



Lu 531 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse