La piraterie somalienne a été pratiquement éradiquée


L'année 2013 a confirmé le recul des actes de piraterie maritime dans le monde, exclusivement du fait du retour au calme autour des côtes somaliennes. C'est désormais dans le golfe de Guinée que la situation est la plus préoccupante.


Le «Nivose» a escorté en mai 2013 un vraquier du programme d’aide alimentaire de Djibouti au port de Mombasa au Kenya © Eunavfor
Le «Nivose» a escorté en mai 2013 un vraquier du programme d’aide alimentaire de Djibouti au port de Mombasa au Kenya © Eunavfor
La piraterie maritime a atteint son plus bas niveau depuis six ans. Le Bureau maritime international (BMI) a relevé pour l'ensemble de l'année 2013 un total de 264 attaques et tentatives, soit une baisse de 11 % comparé à 2012. L'an dernier, 304 personnes ont été prises en otage, 36 ont été kidnappées avec demande de rançon, 21 ont été blessées et une a été tuée. Sur les 202 navires abordés, 12 ont été détournés tandis que 22 ont essuyé des tirs d'armes à feux et 28 ont fait l'objet de tentatives d'attaques qui n'ont pas été menées à terme.

Légende : Le "Nivose" a escorté en mai 2013 un vraquier du programme d'aide alimentaire de Djibouti au port de Mombasa au Kenya © Eunavfor

Retour au calme confirmé en Somalie

La décrue est donc confirmée et le BMI constate même une baisse spectaculaire de 40 % du nombre d'actes depuis 2011, année où la piraterie avait atteint son paroxysme au large des côtes somaliennes. Seulement 15 attaques attribuées à des pirates somaliens ont été constatées au cours de l'année, contre 75 en 2012 et 237 en 2011. Cette diminution explique à elle seule la fonte des chiffres mondiaux.


"40 % d'attaques en moins dans le monde depuis 2011"


Pour le BMI, "les pirates somaliens ont été dissuadés par une combinaison de facteurs : le rôle essentiel des forces navales internationales, l'équipement des navires, l'emploi de gardes privés armés et la stabilisation de l'autorité du gouvernement central". Le capitaine Pottengal Mukundan, directeur du BMI, estime pour autant qu'il ne faut pas relâcher l'attention dans cette zone : "Il est impératif de poursuivre l'effort international contre la piraterie somalienne. Toute suffisance à ce stade serait susceptible de raviver l'activité des pirates".
Sur les 15 attaques attribuées à des ressortissants somaliens, deux ont vu des navires être détournés puis être libérés dans les 24 heures suite à l'intervention des militaires de la force Atalante. Huit autres navires ont subi des tirs. Le BMI précise qu'il s'agit là du plus faible total depuis 2006, où l'on avait enregistré dix attaques de pirates somaliens.

Les Nigérians nouvelles terreurs des mers

Pour la première fois depuis plusieurs années, le nombre d'attaques perpétrées dans le golfe de Guinée a dépassé celui attribué aux pirates venus de Somalie, même si le premier a été stable de 2012 à 2013. Comme l'an dernier, le Nigeria a fourni la grande majorité des attaques de la région, 31 sur 51, soit 61 %. Cette proportion était de 52 % en 2012, avec 27 attaques sur 52. Pour le BMI, les pirates nigérians ont été particulièrement violents, prenant 49 personnes en otage et commettant la totalité des 36 kidnappings enregistrés dans le monde en 2013. De plus, leur rayon d'action semble s'élargir : "Ils s'aventurent désormais dans les eaux territoriales du Gabon, de la Côte d'Ivoire et du Togo", note l'organisation.
Si elle est la plus dangereuse au regard des méthodes employées et du niveau du trafic, l'Afrique de l'Ouest n'est pas la zone qui a concentré le plus d'actes de piraterie l'an dernier. Beaucoup plus fréquentées, les eaux du Sud-Est asiatique ont totalisé 128 attaques en 2013 (+ 23 %), soit presque la moitié des actes répertoriés dans le monde. Celles-ci ont eu lieu majoritairement au large des nombreuses côtes de l'Indonésie (83 %), où les actes ont bondi de 31 %, avec 106 attaques. Toutefois, le BMI prévient que "la plupart de ces actes sont de petits vols opportunistes sur des navires à l'ancre, qui ne peuvent être comparés à ceux constatés le long des côtes africaines".
Les autres attaques ont eu lieu en Malaisie (9), aux Philippines (3) et dans les détroits de Malacca (1) et de Singapour (9).

Les tankers premiers visés

Le sous-continent indien (Inde et Pakistan) a connu lui aussi une recrudescence des actes de piraterie en 2013, avec 26 attaques contre 19 en 2012 (+ 36 %). Cette évolution est due au bond des actes dans les eaux indiennes, qui sont passés de 8 à 14. Le BMI a constaté un quasi-doublement en mer de Chine (13 actes), essentiellement dans les eaux vietnamiennes (9 actes). Quant au continent sud-américain, il a vu le nombre d'attaques de pirates se stabiliser à 18, contre 17 l'année précédente (dont 7 pour la Colombie).
En 2013 encore, les navires-citernes ont été la catégorie la plus visée par les pirates, représentant plus de la moité des navires attaqués (50,5 %). Sur les 133 tankers pris pour cible, 56 sont des chimiquiers, 39 des transporteurs de brut et 26 de produits raffinés. Viennent ensuite les vraquiers (53 attaques, 20 %) et les porte-conteneurs (30 attaques, 11,5 %).

Franck André

Vendredi 17 Janvier 2014



Lu 245 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse