La réforme ferroviaire doit juguler l'endettement en dix ans



© RFF/Philippe Giraud
© RFF/Philippe Giraud
La réforme ferroviaire initiée par le gouvernement doit permettre de juguler en dix ans la spirale de l'endettement du secteur grâce à une organisation plus intégrée, estime dans son rapport, remis lundi 22 avril au Premier ministre, Jean-Louis Bianco. L'ancien ministre des Transports, qui travaille sur ce sujet depuis six mois, fixe sept objectifs pour sortir le rail français de sa "double impasse" économique et opérationnelle. La dette s'élève aujourd'hui à plus de 30 milliards d'euros. Le déficit structurel annuel est en outre de l'ordre de 1,5 milliard et "pourrait, en l'absence de réforme, atteindre rapidement 2 milliards", souligne la mission. Face au manque de transparence, de tarification TGV incompréhensible ou encore la qualité et la fiabilité inégale du service déploré par les voyageurs, l'ancien ministre rappelle que cette réforme a aussi pour but d'améliorer la qualité du service aux clients.
Jean-Louis Bianco assure que la pierre angulaire est de rassembler au sein d'un gestionnaire d'infrastructure unifié (GIU) Réseau ferré de France (RFF), la Direction de la circulation ferroviaire (entité de la SNCF) et les cheminots de la SNCF travaillant à la maintenance du réseau (SNCF Infra). Ce GIU, qui sera rattaché à la SNCF au sein d'un pôle public ferroviaire, permettra de supprimer notamment les redondances d'activités. Cette organisation vise à mettre un terme à quinze ans de séparation entre la gestion des voies, confiée à RFF en 1997, et l'exploitant historique des trains SNCF, qui a entraîné, selon lui, de "l'opacité, de la bureaucratie, un inacceptable gaspillage du travail humain et un coût élevé". Aussi, estime-t-il, "la création du GIU doit permettre de faire plus de travaux, plus rapidement et à un coût plus réduit, avec un impact maîtrisé et anticipé sur les circulations".
Les économies devront également venir des efforts conjugués du nouveau gestionnaire du réseau et de la SNCF en matière de productivité, soutient l'ancien ministre. Des "gains substantiels" sont ainsi attendus "partout où cela est possible" et notamment dans les domaines de la technique, de la production des sillons ou des règles de travail. Cette réforme très attendue en France est particulièrement suivie à Bruxelles qui prône plutôt un dispositif séparant strictement le gestionnaire d'infrastructures et l'opérateur ferroviaire.

AFP

Lundi 22 Avril 2013





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse