La sécurité aérienne s'impose au salon de Dubaï


Contrôle des bagages, accès des passagers : l'épineuse question de la sécurité dans les aéroports s'est imposée cette semaine au salon aéronautique de Dubaï dans la foulée du crash de l'avion russe en Égypte probablement provoqué par l'explosion d'une bombe à bord.


Servant de cadre d'habitude, pour de méga-contrats, le rassemblement biannuel des professionnels de l'aviation à Dubaï qui s'est achevé jeudi 12 novembre était calme cette année en termes de ventes, les compagnies aériennes du Golfe annonçant avoir déjà passé suffisamment de commandes.
L'attention s'est focalisée sur la sécurité sur fond de craintes croissantes que les procédures d'inspection dans certains aéroports soient laxistes. La sécurité dans les aéroports doit être "maximale" et "revue" en fonction des risques "locaux", a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, après le crash dans la péninsule du Sinaï de l'Airbus russe le 31 octobre avec 224 personnes à bord. Il a évoqué les aéroports des zones où est "actif" le groupe jihadiste État islamique (EI) qui a affirmé avoir "fait tomber" l'appareil de la compagnie charter russe Metrojet, mais sans apporter de preuves.
"Le département de la sécurité d'Emirates est en contact permanent avec les autres aéroports dans le cas où ils disposeraient d'informations ou d'indications d'ordre sécuritaire", a déclaré le patron d'Emirates, la compagnie aérienne de Dubaï, cheikh Ahmed Ben Saïd Al-Maktoum. Il a souligné que la sécurité à Dubai International, le plus grand aéroport mondial en termes de trafic de passagers internationaux, était "une priorité absolue".

Le survol du Sinaï égyptien suspendu

Après le crash de l'avion russe après son décollage de Charm el-Cheikh pour Saint-Pétersbourg, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont évoqué l'hypothèse de l'explosion d'une bombe à bord de l'avion. L'Égypte attend toujours la fin de l'enquête. Plusieurs compagnie étrangères ont décidé de suspendre leurs vols pour Charm el-Cheikh à la suite du crash alors que les compagnies Emirates et Qatar Airways ont suspendu le survol du Sinaï égyptien.
Le président d'Emirates, Tim Clark, a estimé que l'attentat présumé contre l'avion russe "changeait les règles du jeu" et promis de reconsidérer les procédures pour plusieurs destinations servies par sa compagnie. "Nous révisons nos procédures en matière de sécurité, de contrôle des bagages et d'accès à l'avion", a-t-il dit, cité par l'agence Bloomberg. "Nous avons 22 villes en Afrique, plusieurs cités d'Asie de l'Ouest (en Inde, au Pakistan, etc.) et nous devons nous assurer que nous sommes aussi sûrs que nous pouvons l'être", a-t-il dit. "Il y a de nombreux aéroports dans le monde où si les gens voulaient commettre de mauvais actes, ils pourraient les faire".

Tout doit être contrôlé

Les inquiétudes sur la sécurité dans les aéroports, notamment dans la région du Moyen-Orient, sont compréhensibles, selon Addison Schonland, un expert en aviation. "La région est secouée par des troubles. La tragédie russe est le symptôme de ce qui peut advenir. Les avions de ligne sont une cible facile" pour ceux qui veulent "faire parler d'eux et provoquer le chaos", a-t-il déclaré. Selon lui, la sécurisation des bagages est un impératif pour les compagnies aériennes. "Tout ce qui est placé dans un aéronef doit être soigneusement contrôlé". Peter Kirk, chef de la sécurité de l'aviation à l'Autorité britannique de l'aviation civile, a souligné la nécessité de sensibiliser les passagers à l'importance des mesures de sécurité. Peter Kirk, chef de la sécurité de l'aviation à l'Autorité britannique de l'aviation civile, a souligné la nécessité de sensibiliser les passagers à l'importance des mesures de sécurité. "Nous voudrions qu'ils se conforment aux procédures de sécurité car ils doivent comprendre que ces procédures assurent mieux leur propre sécurité et celle de leurs compagnons de voyage", a-t-il dit au salon de Dubaï.

Ali Khalil

Vendredi 13 Novembre 2015



Lu 183 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse