La situation de la SLN "est extrêmement difficile"


La situation de la Société Le Nickel, premier employeur privé de Nouvelle-Calédonie, "est extrêmement difficile" et aura "besoin de toutes les énergies" pour s'inverser.


© SLN
© SLN
Selon Philippe Vecten, le nouveau responsable de la branche nickel de l'actionnaire principal de la Société Le Nickel (SLN), Eramet, "la situation est extrêmement difficile" et la priorité est de "réduire autant que possible" son "hémorragie" financière, la filiale perdant selon lui 20 millions d'euros par mois (soit plus de 2 milliards de francs Pacifique). Interrogé sur la possibilité de "sauver la SLN en 2016", il a répondu : "Nous aurons besoin de toutes les énergies", mais "vu ce que représente la SLN en Nouvelle-Calédonie, ce doit être possible". D'après le directeur général délégué du groupe minier et métallurgique français Eramet, récemment nommé à la tête de ses activités minières en difficulté, l'objectif pour la SLN "c'est d'économiser en 2016 10 milliards de francs Pacifique" (environ 84 millions d'euros).
Pour y arriver, Philippe Vecten a rappelé le projet d'Eramet d'arrêter la production en Nouvelle-Calédonie des mattes de nickel, un concentré issu de la première fusion du minerai, qui alimente l'usine Eramet de Sandouville (Seine-Maritime). Cette mesure suscite l'inquiétude du syndical local Soenc-Nickel. "Le projet d'arrêter la production de matte se traduira par une augmentation de la production de ferronickel (alliage de fer et de nickel, NDLR), je ne vois pas de difficulté de débouché de ce côté-là. Nous sommes numéro un mondial du marché et notre ferronickel est mondialement reconnu et apprécié par nos clients", assure Philippe Vecten, qui reconnaît cependant que "le prix est extrêmement bas".
Tout en confirmant la volonté d'Eramet d'assumer sa "responsabilité d'actionnaire", il a expliqué espérer trouver "d'autres solutions" avec les autres propriétaires de la SLN, le sidérurgiste japonais Nisshin Steel et la STCPI (Société calédonienne des participations industrielles, qui appartient aux trois provinces de l'archipel), afin que "chacun apporte sa contribution" au redressement de l'entreprise.
Pour la quatrième année consécutive, la SLN, premier employeur privé du Caillou, va enregistrer en 2015 un résultat déficitaire, avec des pertes de l'ordre de 250 millions d'euros. L'entreprise subit de plein fouet l'effondrement des cours du nickel (- 43 % depuis le début de l'année), lié au ralentissement de l'économie chinoise et au volume important des stocks.

AFP

Lundi 14 Décembre 2015



Lu 155 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse