Le Brexit menace Londres, la capitale mondiale du shipping


En votant pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, les Britanniques pourraient faire perdre à Londres son statut de capitale mondiale du shipping. Des places telles que Hambourg, Copenhague ou Amsterdam et Rotterdam pourraient tirer les marrons maritimes du feu du Brexit...


Le référendum britannique en faveur du Brexit menace Londres qui, pendant de longues années, a occupé le rôle de place forte financière en Europe et son corollaire de capitale mondiale du shipping. Pour Olaf Merk, administrateur Ports et Transports à l'OCDE, le "Brexit pourrait se traduire par la fragilisation de la puissance maritime du pays". Selon lui, jusqu'ici, sa position dans le monde s'articule autour de trois points essentiels. La Grande-Bretagne représente un "gateway" (un point d'accès) maritime en Europe ; une place étroitement liée aux services financiers de la City de Londres et au secteur des services, une position en étroite connexion avec l'activité maritime et portuaire.
Le spécialiste du shipping s'interroge sur l'évolution de la capitale mondiale du shipping car, à ses yeux de spécialiste, "les clusters maritimes mondiaux jouent souvent le rôle de point d'accès pour fournir des services sur les cinq continents". Ainsi, les entreprises de services maritimes s'implantent à Singapour pour avoir accès à l'Asie et celles qui souhaitent capter une clientèle chinoise s'implantent à Hong Kong.

"Qui, en Europe, va profiter du déclin britannique annoncé ?"


Deux mois après le référendum britannique, on peut se demander comment Londres peut continuer à jouer son rôle de fournisseur de services maritimes pour l'Europe entière alors que la Grande-Bretagne va devoir renégocier tous ses accords de partenariat avec Bruxelles... Selon Olaf Merk, ces fonctions essentielles que Londres a occupées pendant des décennies pourraient changer de rivage pour s'ancrer dans d'autres places fortes intracommunautaires. Pour l'heure, reste à savoir quelle est celle qui verra débarquer chez elle le monde de la finance maritime, le droit maritime, les consultants (Drewry), la classification des navires, etc.

40 % des importations britanniques proviennent de l'UE

L'administrateur Ports et Transports de l'OCDE rappelle la dépendance étroite du Royaume-Uni au transport maritime. Il souligne que 40 % des importations de cette nation insulaire proviennent de l'Union européenne et que les flux maritimes avec le Vieux Continent ont été facilités par la réglementation européenne en matière de cabotage. Celle-ci autorise en effet le transport maritime dans les eaux européennes aux navires battant pavillon européen. Reste aujourd'hui à savoir si, dans l'avenir, les nouveaux accords de partenariat que la Première ministre anglaise, Theresa May, doit négocier avec Bruxelles seront aussi avantageux pour les navires battant pavillon britannique qu'à l'époque où la Grande-Bretagne était membre de l'UE.
Les experts redoutent un déclin de ce pavillon. Ils s'attendent à ce que certains armateurs délocalisent leur flotte vers d'autres ports de nations européennes. Le déclin de Londres va-t-il bénéficier à Hambourg, à Copenhague ou aux ports néerlandais de Rotterdam et Amsterdam ? La question reste posée... Pour l'heure, le nouveau gouvernement de Theresa May va devoir s'atteler à se lancer dans d'âpres négociations avec Bruxelles dans les secteurs du commerce, de la douane, de l'industrie mais aussi du transport qui vont coûter bien cher au pays.
Certains semblaient convaincus qu'il en était fini de la "City", le pôle financier de Londres. Il semble qu'elle puisse pouvoir retrouver sa voie en dehors de l'UE. Quant au transport maritime, des experts estiment qu'il est bien trop tôt pour juger et que Londres possède encore des atouts.

Vincent Calabrèse

Mercredi 24 Août 2016



Lu 1208 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse