Le Congrès argentin a adopté la loi expropriant Repsol


Le Congrès argentin a adopté jeudi 3 mai au soir à une large majorité la loi expropriant à hauteur de 51 % le groupe pétrolier espagnol Repsol de sa filiale argentine YPF.


© YPF
© YPF
Le Congrès argentin a adopté le 3 mai la loi expropriant Repsol d'YPF. Après le Sénat, la Chambre des députés a adopté le projet de loi du gouvernement par 207 voix pour, 32 voix contre et 6 abstentions, le parti au pouvoir disposant d'une majorité des sièges et d'un soutien écrasant des membres de l'opposition sur ce dossier. Le Sénat avait adopté ce projet il y a une semaine en première lecture par 63 voix pour, 3 voix contre et 4 abstentions.
La présidente argentine, Cristina Kirchner, a décidé le 16 avril d'exproprier partiellement YPF, contrôlée par la compagnie espagnole Repsol à hauteur de 57,4 %. L’État argentin et les provinces doivent en prendre le contrôle à hauteur de 51 %. La mesure a été critiquée par l'Union européenne et les États-Unis et a valu à l'Argentine des représailles commerciales de l'Espagne. "Repsol n'a pas investi en Argentine parce que nous avons fixé le prix du pétrole à 50 ou 60 dollars pour favoriser la croissance et non le prix international que le groupe espagnol demandait", a déclaré le chef du groupe du parti au pouvoir à la Chambre, Agustin Rossi. L'opposition radicale a massivement voté le projet de loi tout en émettant des critiques, tout comme le Front progressiste (socialiste) de Hermes Binner, rival malheureux de la présidente Kirchner à l'élection présidentielle d'octobre.

Demande de compensation

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Garcia Margallo, a appelé jeudi l'Argentine à suivre l'exemple de la Bolivie - autre pays sud-américain ayant exproprié une filiale espagnole - et à faire appel à un organisme indépendant pour calculer l'indemnisation. Repsol a estimé que sa part dans YPF valait 10,5 milliards de dollars (8 milliards d'euros) et annoncé qu'il allait demander "une compensation à travers l'arbitrage international", qui devra être "au moins égale" à ce prix. Le vice-ministre argentin de l’Économie, Axel Kicillof, a lui accusé Repsol de cacher 9 milliards de dollars de dette chez YPF, en partie sous forme d'investissements, et de faire une valorisation "imprudente" de sa filiale.

AFP

Vendredi 4 Mai 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse