Le GPMH en ordre de marche pour renverser la vapeur


Prise en compte au plus haut niveau de la nécessité de désenclaver les ports, redistribution des cartes chez les opérateurs, perspective d’un chantier multimodal performant, le Grand Port maritime du Havre (GPMH) croit dur comme fer à l’avenir du transport combiné.


© Éric Houri
© Éric Houri
De passage au Havre en janvier 2002, Louis Gallois, alors président de la SNCF prophétisait : "Nous en sommes à 160.000 EVP par an de conteneurs maritimes acheminés par le fer. Notre objectif est 550.000 en 2010. Et la part modale passera de 11-12 % à 25 %". En 2012, le GPMH en était à 100.000 EVP et la part modale du ferroviaire entre 5 et 6 %. Loin de toute perfidie, force est de constater que les déboires de Fret SNCF ces dix dernières années ont sérieusement ruiné les ambitions affichées alors. "Le port du Havre est celui qui a le moins régressé en matière de ferroviaire et tous les nouveaux entrants y sont présents et assurent désormais 30 % de l’activité", minimise Christian Feuvre, un ancien de Fret SNCF aujourd’hui directeur des réseaux au GPMH.

"160.000 EVP par an de conteneurs maritimes acheminés par le fer"


Mais surtout, "l’homme de l’art" voit plusieurs raisons d’espérer en un avenir ferroviaire plus radieux. D’abord, le rapport remis par le Commission Duron au Premier ministre qui a opté pour sa "version 2". Les projets ferroviaires touchant la Haute-Normandie figurent sur le haut de la pile. "Rien que du très positif à nos yeux. D’abord avec le message fort sur l’entretien des réseaux, même si les travaux de maintenance vont constituer une gêne dans un premier temps. Et ensuite la prise en compte de la nécessité stratégique de désenclaver les ports et de les raccorder aux grands réseaux", souligne Christian Feuvre.

Ligne Nouvelle Paris-Normandie

Ainsi, la LNPN (Ligne Nouvelle Paris-Normandie) constituera un élément fort d’attractivité pour nos territoires haut-normands et nos ports et contribuera à libérer des sillons pour le fret. De même pour la modernisation du segment Serqueux-Gisors (après sa remise en état qui s’achève) qui, à horizon 2018 avec entre autres la suppression d’un rebroussement, permettra le passage des trains de 750 mètres contre 550 mètres actuellement. "L’électrification de ce tronçon, actuellement à l’étude mais plus lourde financièrement, n’est même pas une absolue nécessité", précise Christian Feuvre. Au sujet de la longueur des convois, Naviland Cargo, après un test réussi en août 2012, s’apprêterait à mettre en service avant la fin de l’année des trains de 850 mètres de long entre Le Havre et Paris. Aux côtés de cet opérateur dont les navettes desservent Bordeaux, Lyon, Paris ou Strasbourg, d’autres services montent en puissance vers Cognac (Naviland), Lyon (Greenmodal) ou encore Clermont-Ferrand (Ferrovergne). Repris par le groupe Charles André, Novatrans étudierait la relance de liaisons vers l’Italie ou le Nord de la France, en sommeil depuis quelques années. "Et tout devrait encore s’améliorer après la mise en service fin 2014 du chantier multimodal. La massification des volumes devrait permettre une plus grande compétitivité en matière tarifaire", espère Christian Feuvre. Il rappelle d’ailleurs qu’entre 2005 et 2015 le GPMH, qui a hérité de 200 km de réseau ferré portuaire mais n’a véritablement la main sur ses équipements que depuis 2012, aura investi environ 250 millions d’euros dans le domaine ferroviaire. "Pour parvenir à disposer d’un outil performant", estime le directeur des réseaux du GPMH.

Vincent Rogé

Mercredi 25 Septembre 2013



Lu 305 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 26 Septembre 2013 - 15:54 Cherbourg : allongement du quai des Flamands

Jeudi 26 Septembre 2013 - 15:34 Pour Haropa, 2030, c’est déjà demain


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse