Le Grand Port maritime de Marseille doit être le "coordonnateur des échanges"


Au Grand Port maritime de Marseille, le duo composé de Christine Cabau Woehrel, la nouvelle présidente du Directoire, et de Jean-Marc Forneri, le président du Conseil de surveillance, s'est engagé à "accélérer les processus de décision" et "améliorer la réactivité" de l'établissement portuaire au cours de cette mandature. La mission de "facilitateur des échanges" est privilégiée.


Jean-Marc Forneri, président du Conseil de surveillance, et Christine Cabau Woehrel, présidente du Directoire du GPMM © Vincent Calabrèse
Jean-Marc Forneri, président du Conseil de surveillance, et Christine Cabau Woehrel, présidente du Directoire du GPMM © Vincent Calabrèse
Christine Cabau Woehrel, arrivée mi-mars à la présidence du Directoire du Grand Port maritime de Marseille (GPMM), et Jean-Marc Forneri, qui préside le Conseil de surveillance (dont la réunion venait de s'achever le matin même de jeudi 27 mars), ont estimé conjointement la nécessité d'"améliorer la réactivité" du port et d'en "accélérer les processus de décision". Des arguments qui confortent l'établissement portuaire marseillais dans le rôle que ses deux nouveaux dirigeants lui ont assigné : "être un coordonnateur, un facilitateur des échanges". Ils se disent toutefois conscients des limites du rayon d'action de l'établissement puisque "le port n'est pas le seul acteur". Une mission dont l'objectif consiste à apporter "davantage de fluidité et d'efficacité" avec la dématérialisation des procédures, mais qui ne doit donc pas empiéter pour autant sur les divers métiers et administrations (la douane) qui composent la place portuaire.

"Notre souhait est d'être à l'écoute des clients du port"


N'oubliant pas les consignes fixées par le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, pour les ports français six ans après la loi du 4 juillet 2008, l'ex-présidente du Directoire du Grand Port maritime de Dunkerque rappelle que Marseille-Fos se trouve également dans une situation de "post-réforme". Quant à Jean-Marc Forneri, il réaffirme "la vocation industrielle et commerciale de l'établissement", en rappelant l'intérêt qu'il a suscité au plan logistique auprès des grandes marques internationales (telles que Mattel, Maisons du monde ou Ikea). Tous deux ont rendu un hommage appuyé à leurs prédécesseurs, Jean-Claude Terrier et Patrick Daher, pour avoir mis en œuvre la réforme.

Complémentarité entre les deux bassins

S'il va falloir attendre encore un peu avant de connaître la stratégie précise des deux dirigeants, on sait d'ores et déjà la vision globale de Christine Cabau Woehrel. "On recherche la complémentarité entre les deux bassins. Marseille reste un port de Méditerranée. Nous avons de quoi trouver des développements. L'Est doit continuer à avoir une vocation méditerranéenne, en traitant des lignes courtes". Quant aux installations des bassins Ouest, avec Fos 2XL, elles continueront donc d'être les spécialistes du trafic interocéanique ("deepsea").
Jean-Marc Forneri reste convaincu que "le GPMM est la porte d'entrée de l'Europe". Et Christine Cabau Woehrel d'enchaîner : "Nous entrons en concurrence avec les autres ports européens".
La présidente du directoire souligne : "Notre souhait est d'être à l'écoute des clients du port, d'établir et d'organiser avec eux des chaînes de transport". Elle a évoqué les quelques pistes qui ont été ouvertes lors de la précédente mandature : le projet de navette ferroviaire sur la Suisse, le report modal sur la Turquie et l'ouverture d'une ligne sur le Maroc.
Pour sa part, le président du Conseil de surveillance souhaite que le projet "Fos Faster" aboutisse car "c'est un exemple des équipements qui permettent de pallier la baisse du trafic de brut". Il s'est dit également intéressé par les opportunités que présente la filière des vracs alimentaires.
Quant au chantier multimodal de Mourepiane, les nouveaux dirigeants du GPMM ont confirmé que "le déménagement des entreprises (présentes jusqu'ici à la gare du Canet) était acté".
À l'issue du Conseil de surveillance de jeudi 27 mars, la nouvelle dirigeante du GPMM a mis en place un Directoire resserré. Pour l'heure, seule la directrice de l’Administration et des Finances, Chantal Helman, est à ses côtés. La structure sera étoffée progressivement.

Vincent Calabrèse

Vendredi 28 Mars 2014



Lu 1281 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse