Le Japon au cœur du grand jeu du libre-échange


Une part importante du futur commerce mondial se noue autour du Japon qui vient d'ouvrir trois vastes négociations de libre-échange : avec les États-Unis dans le cadre du Partenariat transpacifique (TPP), l'Union européenne d'autre part et enfin la Chine et la Corée du Sud, préviennent des analystes.


© Port of Nagoya
© Port of Nagoya
"Le Japon est à la traîne des autres grandes puissances économiques en termes d'accord de libre-échange. Il y a dans l'archipel le sentiment que c'est maintenant ou jamais", explique Ivan Tselichtchev, économiste à l'Université de gestion de Niigata. Après des années de tergiversations et d'occasions manquées, Tokyo a décidé de franchir trois Rubicon quasi simultanément, sous l'impulsion de son nouveau Premier ministre, le conservateur Shinzo Abe. "C'est la première fois depuis les années Koizumi (2001-2006) que le pays est dirigé par un homme volontariste. Pour marquer son autorité, Abe doit faire du Japon un acteur important de la construction de ces zones de libre-échange qui vont dessiner l'économie mondiale des années 2020 et au-delà", ajoute M. Tselichtchev.
Le 15 mars, M. Abe a annoncé son intention de participer aux négociations du partenariat trans-Pacifique (TPP), qui ont pour but de créer la plus vaste zone mondiale de libre-échange entre onze pays riverains du vaste océan, douze en comptant le Japon, dont les États-Unis, ses voisins nord-américains, et des États d'Amérique du Sud et d'Asie du Sud-Est.
"L'Union européenne, la Chine et la Corée du Sud ont dû sentir la pression" et ont ouvert des discussions formelles avec le Japon, souligne Ikuo Kuroiwa, de l'Institut des économies en développement, évoquant un "effet domino". Dès le 25 mars, les présidents du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et de la Commission européenne, José Manuel Barroso, ont décidé avec M. Abe de lancer une négociation de libre-échange UE-Japon, évoquée depuis des années entre ces deux puissances économiques représentant un tiers du PIB mondial. Le lendemain, c'est la Chine et la Corée du Sud qui ouvraient une discussion tripartite avec le Japon en vue de sceller un accord commercial (20 % du PIB mondial en cumulé).

Patrice Novotny

Jeudi 4 Avril 2013





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse