Le Kenya lance une ambitieuse ligne ferroviaire


Le Kenya a lancé jeudi 28 novembre la construction d'une ligne de chemin de fer de plusieurs milliards de dollars, pour dynamiser le commerce est-africain et consolider sa place de leader économique régional.


Le Kenya lance la construction d'une ambitieuse ligne ferroviaire pour développer le commerce régional. Cette ligne ferroviaire, financée par les Chinois, doit relier Mombasa, premier port régional sur l'océan Indien, à la capitale kényane Nairobi. Le but de ce projet de 10 milliards d'euros, imaginé par le Kenya, l'Ouganda et le Rwanda, est de prolonger la ligne jusqu'à Kampala puis Kigali, et potentiellement jusqu'au Soudan du Sud.
"Nous sommes ici aujourd'hui pour transformer le cours de l'Histoire non seulement pour le Kenya, mais pour la région est-africaine dans son ensemble", a déclaré le président kényan, Uhuru Kenyatta, en lançant la construction de la ligne à Mombasa, ville côtière très touristique. Grâce à cette ligne, "l'Afrique de l'Est va devenir une destination compétitive pour les investissements et, une Afrique de l'Est en expansion, c'est bon pour le pays", a ajouté Uhuru Kenyatta, remerciant le président chinois, Xi Jinping, pour l'"intérêt personnel" qu'il a porté au projet et pour le soutien du gouvernement de Pékin.

Extension du port de Mombasa

La construction de la nouvelle ligne Nairobi-Mombasa a été confiée à l'entreprise d'État chinoise China Road and Bridge Corporation (CRBC), qui vient également de construire une extension du port de Mombasa. "C'est un projet phare pour le Kenya et l'Afrique de l'Est", a renchéri l'ambassadeur de Chine au Kenya, Liu Guangyuan, présent à la cérémonie.

De "Mombasa, premier port régional, à Nairobi"


Actuellement, seule une vieille ligne délabrée, héritée de la colonisation britannique, relie Nairobi à Mombasa, et les trains mettent plus de douze heures pour parcourir les 450 km de savane qui séparent les deux principales villes kényanes. Le fret ferroviaire représente une part dérisoire du transport de marchandises entre Nairobi et Mombasa, l'immense majorité des biens importés étant transportés par camion sur des routes tout aussi mal entretenues.
Grâce à la nouvelle ligne, les autorités kényanes espèrent réduire de 60 % les coûts du transport de marchandises, l'un des principaux obstacles actuels aux investissements. La construction devrait être achevée d'ici 2017, selon les autorités kényanes, qui comptent également rénover la ligne ferroviaire coloniale avec d'autres financements.

Tensions régionales

"À l'heure actuelle, nos régions reposent presque exclusivement sur le transport routier", a souligné jeudi 28 novembre Uhuru Kenyatta, espérant, avec ce projet de chemin de fer entre le Kenya, l'Ouganda et le Rwanda, "remplir les promesses de prospérité" faites à "tous nos peuples est-africains".
Ce projet de train ferroviaire s'ajoute à d'autres projets majeurs d'infrastructures entre le Kenya, l'Ouganda et le Rwanda, notamment dans le secteur pétrolier - des projets d'oléoducs et de raffineries sont en discussion. Mais il est loin de satisfaire tous les pays de la région. La Tanzanie a ouvertement dénoncé ce triangle régional qui la laisse, elle comme le Burundi, cinquième pays de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC), sur le bord de la route. "Veulent-ils nous pousser vers la sortie" de l'EAC ?, s'est publiquement interrogé début novembre le président tanzanien, Kakaya Kikwete. En arrière-fond se joue aussi une sévère concurrence commerciale régionale : la Tanzanie, avec elle aussi l'aide de la Chine, compte bientôt avoir son grand port régional du nord de sa capitale économique Dar es Salaam, qui rivaliserait avec Mombasa. Et le ministre burundais en charge des Transports, Déo Rurimunzu, a annoncé ce jeudi même que son pays, avec la Tanzanie mais aussi la République démocratique du Congo (RDC), riche en minerais, venaient de s'engager à développer plusieurs projets communs dans les transports - notamment ferroviaire - et l'énergie. Le ministre a assuré qu'il ne s'agissait pas d'une "réaction au fait que le Kenya, l'Ouganda et le Rwanda ont décidé de développer un certain nombre de projets spécifiques". Mais il a tout de même regretté et s'est aussi "inquiété" "du fait que ces trois pays veuillent développer seuls leurs projets. Au Kenya aussi, le projet de nouvelle ligne ferroviaire a d'ailleurs soulevé des critiques : des députés ont notamment dénoncé une attribution opaque de contrats.

AFP

Vendredi 29 Novembre 2013



Lu 112 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse