Le Pag a l'ambition de devenir le "hub" de la Caraïbe


À Pointe-à-Pitre, le Port autonome de la Guadeloupe se situe dans une phase de transition. Il attend à la fois les décrets de la loi portant sur réforme portuaire des ports d'Outre-Mer et mise sur l'achèvement des travaux d'élargissement du canal de Panama pour changer de rôle sur la scène maritime internationale en matière de trafic de transbordement.


© PAG
© PAG
Le débat public sur l'extension du Port autonome de la Guadeloupe (Pag) est achevé. Les conclusions ont été rendues publiques en mars. Après un premier appel d'offres infructueux, le dossier portant sur la poursuite du projet de création d'un nouveau terminal visant à capter des flux en transbordement a été soumis au Conseil d'administration au courant du mois de mai. Selon Laurent Martens, le directeur général du port, "si le dossier est approuvé, on espère que les travaux démarreront fin 2013". Il souligne que le projet, qui consiste à créer un terminal en eaux profondes, représente un investissement de 120 à 130 millions d'euros de la part de l'établissement portuaire qui sera complété par une enveloppe de 50 millions d'euros apportée par l'opérateur privé.
Mais l'enjeu en vaut la chandelle, aux yeux des Guadeloupéens. Ils sont convaincus que la nouvelle infrastructure, dont l'entrée en service est prévue pour 2016, leur permettra de "capter davantage de volumes en transbordement", une fois que les navires de plus de 12.000 EVP pourront transiter par le canal de Panama avec leurs volumes destinés à la région.
En attendant cette grande opération, le Pag n'effectue pas cette année de grands investissements. Il poursuit uniquement ceux engagés en 2011.

Trafic marchandises en berne mais passagers en hausse

En matière de trafic, la croissance n'est pas au rendez-vous. Au total, le port guadeloupéen, qui avait vu son activité en cumul sur les quatre premiers mois de l'année croître depuis 2009 jusqu'à 2011, a achevé cette année le mois d'avril sur une activité de 1,1 million de tonnes, soit 9,2 % de moins que l'an dernier à la même époque. Un recul dû à la chute de 26,8 % des vracs solides, au repli de 5,5 % des vracs liquides et à la stagnation du conteneur. La direction du Pag, qui constate que ce résultat provient essentiellement de la baisse des imports d'agrégats (- 37.000 tonnes), estime que "le ralentissement observé au cours des derniers mois de l'année 2011 semble se poursuivre". Elle ajoute que l'augmentation des tonnages de charbon (+ 17.000 tonnes) ne suffit pas à compenser cette diminution.

"Capter davantage de trafic de transbordement"


Pour sa part, Laurent Martens souligne que "les résultats du début de l'année ont été favorisés par le trafic supplémentaire engendré par les mouvements sociaux qui ont eu lieu en Martinique".
Pour ce qui concerne le conteneur, entre janvier et avril, le Pag a enregistré cette année 58.397 EVP contre 48.413 à fin avril 2011. L'établissement constate que l'activité est, dans ce secteur, essentiellement composée de 20 pieds, "ce qui ne favorise pas les résultats en termes d'EVP". Et d'ajouter que le transbordement, à - 0,2 %, est demeuré stable sur la période.
Le secteur du passager, de son côté, a achevé les quatre premiers mois de l'année sur un trafic de 343.117 voyageurs, soit 18,5 % de plus qu'à fin avril 2011. Le Port autonome estime que cette croissance provient de tous les secteurs, et notamment de la croisière, une filière où les "résultats sont très élevés et même les meilleurs depuis de nombreuses années". Quant au secteur inter-îles, une évolution forte a été relevée sur les relations avec Sainte-Lucie.
Le port dit s'être préparé à la réforme des ports d'Outre-Mer. M. Martens attend du nouveau gouvernement la signature des décrets qui permettront la mise en place de la future gouvernance de l'établissement public.

Vincent Calabrèse

Mardi 22 Mai 2012





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Mai 2012 - 17:16 Port Réunion pénalisé par les vracs solides


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse