Le Royaume-Uni lance la vente de sa part dans Eurostar


Le gouvernement britannique a lancé le processus de vente de sa part dans Eurostar et espère boucler cette cession en début d'année prochaine.


L'opérateur ferroviaire est notamment détenu à 55 % par la SNCF et à 5 % par la SNCB © Eurostar
L'opérateur ferroviaire est notamment détenu à 55 % par la SNCF et à 5 % par la SNCB © Eurostar

Le 13 octobre, le Royaume-Uni a commencé la vente des 40 % du capital d'Eurostar qu'il détient. Le gouvernement a invité les repreneurs potentiels à se manifester pour reprendre ses parts dans la compagnie ferroviaire transmanche. La décision avait été annoncée l'an dernier dans le cadre d'un plan de privatisations de 20 milliards de livres (25,4 milliards d'euros) d'ici 2020.
"Je suis déterminé à prendre les décisions nécessaires pour réformer l'économie britannique et réduire notre dette. Je vais donc lancer la vente potentielle de la part du Royaume-Uni dans Eurostar aujourd'hui", a expliqué le ministre des Finances George Osborne.
Les candidats à la reprise de cette participation ont désormais jusqu'à la fin du mois d'octobre pour se manifester. Le gouvernement du Premier ministre conservateur David Cameron espère finaliser la vente au premier trimestre 2015, soit avant les prochaines élections générales prévues en mai prochain.

Actif stratégique ?

La compagnie ferroviaire exploitant le train à grande vitesse entre Londres, Paris et Bruxelles est aujourd'hui détenue à 55 % par la SNCF française, à 40 % par le gouvernement britannique via la société publique London & Continental Railways et à 5 % par la compagnie ferroviaire belge SNCB. Elle devrait perdre son monopole et faire face à la concurrence de la Deutsche Bahn, qui a obtenu le feu vert pour faire circuler ses trains dans le tunnel, à partir de 2016.
L'opposition travailliste et les syndicats s'opposent pour leur part à la vente de la participation britannique, estimant notamment que le groupe postal Royal Mail avait été bradé l'an dernier lors de sa privatisation partielle. "Les Français et les Belges pensent que nous sommes fous de nous débarrasser d'un actif aussi stratégique et précieux", a réagi Mick Cash, le secrétaire général du syndicat des transports RMT.


AFP

Lundi 13 Octobre 2014



Lu 73 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse