Le Rwanda a soif de modernisation


Plusieurs pays du continent africain affichent une croissance d’environ 5 %. Le Rwanda fait mieux avec 8 % soit l’une des plus fortes performances relevées, hors pays dotés d’hydrocarbures. Du 9 au 12 septembre, la CGPME Rhône-Alpes organise une mission dans ce pays qui semble nourrir de grandes ambitions.


© TPS Consult
© TPS Consult
Cerné par l’Ouganda au nord, la Tanzanie à l’est, le Burundi au sud et la RDC à l’ouest, le Rwanda est un petit pays enclavé de 11 millions d’habitants. À la charnière de l’Afrique anglophone et de l’Afrique francophone, il profite des deux cultures. Situé dans la région des grands lacs, le Rwanda ne manque pas d’eau. Mais il manque d’énergie. "C’est le talon d’Achille du Rwanda. Nous avons peu d’électricité. Pourtant de nombreux sites seraient susceptibles d’accueillir des installations électriques et des barrages", observe Jacques Kabale, ambassadeur de la république du Rwanda en France, récemment à Lyon pour rencontrer des patrons intéressés par ce pays, et prêt avec son gouvernement à "dérouler le tapis rouge pour les investisseurs". Le Rwanda produit de l’énergie solaire, de la géothermie, de la tourbe, du gaz méthane, et son sous-sol renferme quelques minerais comme l’étain et le coltan utile pour l’électronique. Mais il a besoin d’expertise étrangère pour se développer dans de nombreux domaines tels que le tourisme-hôtellerie, l’agroalimentaire, les TIC, les transports et la logistique. Les Chinois (qui ont dû refaire des portions de routes mal réalisées) et les Allemands sont bien implantés. Les Français sont trop rares. Le Rwanda est à 80 % desservi par la fibre optique. L’université américaine Carnegie Mellon a installé une antenne pour les TIC à Kigali et un incubateur d’entreprises. Un programme de vulgarisation en informatique est élaboré pour tous les enfants rwandais.

68 milliards de dollars pour les infrastructures

Le développement passe toujours par les infrastructures. Les dirigeants africains ont réaffirmé cette évidence en mai lors des assemblées de la Banque africaine de développement. Le Programme de développement des infrastructures en Afrique compte 51 projets dont 21 dans la sous-région et il atteindrait 68 milliards de dollars d’ici 2020. Le président rwandais a appelé les dirigeants africains à "renforcer l’intégration économique par le biais de projets transfrontaliers comme les corridors de transports, la fourniture d’électricité et d’eau", points évoqués par l’ambassadeur lors de sa visite lyonnaise.

"Une nouvelle plate-forme aéroportuaire à Bugesera"


"Le réseau routier est satisfaisant. Le mode ferroviaire bénéficie d’un financement pour la réalisation en cours d’un corridor central Rwanda-Burundi-Tanzanie. Le Rwanda a besoin de sortir de son enfermement", a relevé l’ambassadeur. L’aéroport actuel ne répond plus aux besoins. Il est d'ailleurs question de construire une nouvelle plate-forme aéroportuaire à Bugesera, assortie d’une zone logistique. Marc Schneider, directeur de Novafrica Developments, est en relation avec Aéroports de Lyon sur certains dossiers. "Le Rwanda peut constituer une porte d’entrée vers les pays d’Afrique de l’Est. La zone de libre-échange de l’East African Community, composée du Kenya, de la Tanzanie, de l’Ouganda, du Rwanda et du Burundi, est une zone prometteuse", ajoute ce spécialiste.
Pour attirer les investisseurs, le gouvernement a mis en place un guichet unique pour faciliter l’implantation des entreprises qui n’ont pas l’obligation d’avoir un partenaire local et une fiscalité incitative avec des abattements liés aux zones d’implantation, aux secteurs d’activité, aux emplois créés. Il fait des efforts en matière d’informatisation du système douanier. Il tente de lutter contre la corruption. Son modèle c’est Singapour, c’est-à-dire un petit territoire dynamique, stable et attractif, basé sur les services, la transparence, une organisation rationnelle et des normes de comportement strictes.

Annick Béroud

Mardi 3 Septembre 2013



Lu 351 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse