Le blocus du GPMM a laissé "7.000 croisiéristes sur le carreau"



© V. J. C.
© V. J. C.
Suite au blocus de deux portes des bassins Est du Grand Port maritime de Marseille de dimanche matin 7 juillet par les dockers CGT dans la cadre de la remise en question du travail des porteurs de bagages des croisiéristes, Marseille Provence Cruise terminal (MPCT) a écrit une nouvelle fois au préfet et intente une action en justice.
Ce blocage des accès du installations portuaires visant les croisiéristes, qui s'est produit un mois après une première action qui s'était déroulée le 5 mai, a eu pour conséquence dimanche la perturbation de deux escales et l'annulation d'un troisième.
Selon Jacques Massoni, le directeur de MPCT, la filiale des armateurs Costa et MSC, il s'agissait des "MSC Splendida" (du groupe armatorial de Genève MSC) et ses 2.000 passagers devant être embarqués ou débarqués dans le port phocéen, le paquebot "Horizon" de Croisières de France (groupe RCCL) et ses 2.000 passagers à l'embarquement et au débarquement et les 3.000 personnes du "Grand Holiday" (Costa Crociere) qui a préféré mettre le cap sur Toulon.
Au total, "7.000 passagers ont été laissés sur le carreau", estime le dirigeant de l'entreprise, indiquant que l'action en justice permettra de faire évaluer les dommages occasionnés et faire juger la main-d'œuvre docker CGT.
Il a rappelé que la dernière réunion à laquelle la direction de l'entreprise et le syndicat CGT des dockers ont participé au mois de juin s'est achevée sur un constat d'échec. "Les dockers ont menacé de couler la croisière". À propos de l'action de dimanche 7 juillet, il a jugé qu'il s'est agi d'"un coup de force". Et Jacques Massoni de rappeler que "MPCT n'est de toute façon pas leur employeur direct".
À Marseille, un accord local remontant avant la création de la filiale des armateurs de croisières garantit aux dockers la manutention des bagages "bord à quai" entre la dépose par l'équipage et la reprise par les porteurs de bagage. Un effectif qui s'élève à une vingtaine de personnes et dont le travail coûterait trois fois plus cher s'il était effectué par la main-d'œuvre docker.

Vincent Calabrèse

Mardi 9 Juillet 2013



Lu 284 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:05 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:42 L'ENSM vote un budget de transition


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse