Le canal interocéanique est largement contesté


La polémique enfle au Nicaragua, où le parti au pouvoir vient d'accorder à une mystérieuse société de Hong Kong une concession pour concevoir, réaliser et exploiter durant un siècle le canal interocéanique largement contesté, dont le coût est estimé à 40 milliards de dollars, quatre fois le PIB du pays.


© Pancanal
© Pancanal
Le Congrès du Nicaragua a approuvé jeudi 13 juin l'octroi d'une concession à l'entreprise HK Nicaragua Canal Development Investment Co. (HKDN), une entité créée en 2012 à Hong Kong par l'avocat Wang Jing, qui a dans la foulée ouvert une filiale aux îles Caïman. La signature de l'accord de concession est intervenu dès le lendemain. S'il s'agit selon le gouvernement de l'ancien guérillero Daniel Ortega de "sortir le pays de la pauvreté" en atteignant une croissance de 15 % du PIB dès la deuxième année d'exploitation, l'opposition dénonce "la plus grande arnaque de toute l'histoire" du Nicaragua et les écologistes évoquent eux "le plus grande menace sur l'environnement du pays".
Il est vrai que le texte adopté jeudi par les élus du Front sandiniste de libération nationale (FSLN, gauche, au pouvoir) octroie de larges pouvoirs au concessionnaire, déjà connu dans le pays pour avoir obtenu en 2012 une concession pour installer un réseau de téléphonie mobile dont les travaux n'ont toujours pas débuté. La loi accorde à l'entreprise les pleins pouvoirs sur les tarifs du futur canal, l'autorise à exproprier n'importe quel terrain ou d'utiliser et dévier à sa guise tout cours d'eau qu'elle jugera nécessaire à sa réalisation en même temps qu'elle oblige l'État nicaraguayen à renoncer à toute immunité en cas de différend avec les entreprises concernées qui sont elles protégées de toute sanction "en cas de non-respect des obligations".
Le projet envisage la construction d'un canal humide, de ports en eaux profondes, d'un aéroport, d'un oléoduc et d'une ligne de chemin de fer ainsi que d'une zone franche et selon le président Ortega, la mise en chantier pourrait intervenir en 2014, après réalisation des études de faisabilité. La concession court sur cinquante ans renouvelables, plus dix ans pour réaliser les travaux.
Il semblerait "que le président soit devenu fou", a commenté le député dissident du sandinisme Victor Tinoco, pour qui cette affaire n'est ni plus moins qu'une "association cachée entre l'avocat Wang Jing et le président Daniel Ortega" pour "s'enrichir fabuleusement". "Cette loi est inconstitutionnelle, frauduleuse et brade les intérêts du pays. Nous offrons notre territoire complet à une entreprise étrangère qui peut le vendre ou le louer en morceaux", a dénoncé de son côté le dirigeant de l'opposition, Eduardo Montealegre. Wang Jing aura "tous les pouvoirs pour exproprier, confisquer, étendre, draguer et dévier les cours d'eau" au Nicaragua, a-t-il dénoncé. Le patronat nicaraguayen a de son côté annoncé le dépôt d'un recours contre cette loi. "Les ressources naturelles mises en péril par la construction du canal représentent un coût élevé" et ce projet constitue "la plus grande menace" pour les écosystèmes du pays, a mis en garde pour sa part l'Alliance nicaraguayenne contre le changement climatique, groupement de diverses ONG de protection de l'environnement. Répondant aux critiques sur le manque d'expérience de l'avocat chinois en matière de travaux de grande envergure, son porte-parole au Nicaragua, le Bolivien Ronald MacLean, l'a comparé jeudi au directeur technique "d'une équipe de football qui peut être très bon sans avoir été lui-même footballeur".
Ce canal entre océans Atlantique et Pacifique, pour lequel aucun tracé n'a été décidé mais qui passerait par le lac du Nicaragua, se situerait à moins de 600 km au nord du canal de Panama, par lequel transite 5 % du commerce mondial, et qui fait actuellement l'objet de pharaoniques travaux d'élargissement. Peuplé de 5,8 millions d'habitants et deuxième pays le plus pauvre d'Amérique latine derrière Haïti, le Nicaragua a enregistré en 2011 selon la Banque mondiale un PIB de 9 milliard de dollars.

AFP

Lundi 17 Juin 2013



Lu 113 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:05 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:42 L'ENSM vote un budget de transition


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse