Le commerce extérieur chinois pâtit des relations internationales


La Chine a vu ses exportations et importations reculer nettement en mars, à rebours des prévisions des marchés. Les chiffres mettent en avant une concurrence internationale accrue et des "frictions" avec ses partenaires commerciaux.


Le "CMA CGM Marco Polo" dans le port chinois de Ningbo © CMA CGM
Le "CMA CGM Marco Polo" dans le port chinois de Ningbo © CMA CGM

Les exportations de la deuxième économie mondiale ont baissé de 6,6 % sur un an le mois dernier. La Chine a cumulé 170,1 milliards de dollars à l'esport, tandis que ses importations chutaient de 11,3 % sur un an, à 162,4 milliards de dollars. Ces chiffres sont très en-deçà des prévisions du panel de 16 analystes interrogés par l'agence Dow Jones, qui tablaient sur des progressions de 4,2 % des exportations et de 2,8 % des importations. La Chine a au final enregistré en mars un excédent commercial de 7,71 milliards de dollars, après un déficit commercial surprise de près de 23 milliards en février – le premier depuis onze mois sur fond de congés du Nouvel An lunaire.

Frictions commerciales

Les statistiques décevantes de mars constituent cependant un nouveau signal d'alarme pour la Chine, alors que son activité manufacturière se contracte depuis plusieurs mois et que la consommation intérieure piétine. L'administration des douanes a elle-même reconnu le 10 avril les vents contraires auxquels est confronté son commerce extérieur.
"La Chine voit ses avantages compétitifs éclipsés par des facteurs négatifs, dont la concurrence montante des pays voisins et des frictions commerciales avec ses principaux partenaires", a commenté un porte-parole, Zheng Yuesheng, dans une allusion aux contentieux en cours avec les États-Unis et l'Union européenne.
Sur les trois premiers mois de l'année, les exportations ont reculé de 3,4 % par rapport à la même période de 2013, et les importations ont progressé d'un maigre 1,6 %, tandis que l'excédent commercial fondait à 16,7 milliards de dollars contre 43,1 milliards un an auparavant. "Mais il reste encore possible de concrétiser notre objectif d'une hausse annuelle de 7,5 % de notre commerce extérieur" en 2014, a poursuivi M. Zheng.

 


"Les importations de matières premières et de biens d'équipement plombés"


De leur côté, les analystes faisaient également preuve d'une grande prudence, rappelant les surfacturations massivement pratiquées l'an dernier par les entreprises exportatrices, désireuses de camoufler ainsi des flux de capitaux spéculatifs. Ce phénomène "a gonflé artificiellement la base de comparaison", ce qui relativise les baisses annoncées, ont averti Liu Li-Gang et Zhou Hao, experts de la banque ANZ. "Si on prend en compte ce problème des surfacturations", que Pékin s'était appliqué à endiguer à la mi-2013, "la véritable croissance des exportations pourrait avoir été de 5 % ou 8 % sur un an en mars", abonde Zhang Zhiwei, analyste de Nomura.

Demande intérieure morose

Mais chez ANZ, on notait également le tableau "peu enthousiasmant" de la demande chinoise de matières premières, et ce en dépit d'un bond de 14,6 % sur un an des importations de minerai de fer. De l'avis général, la détérioration des importations, symptôme d'une demande intérieure morose, va rester source de préoccupation. "Les importations devraient rester relativement contenues (dans les prochains mois), car le ralentissement des investissement va probablement plomber les importations de matières premières et de biens d'équipement", a souligné Julian Evans-Pritchard, expert de Capital Economics.
Certes, le mini-plan de relance adopté la semaine dernière par Pékin, via des exemptions fiscales et des programmes de rénovation urbaine, a un peu rasséréné les marchés. Mais si les autorités disent "avoir les moyens de faire face aux écueils", il ne faut pas s'attendre dans l'immédiat à de nouvelles mesures significatives de soutien à l'économie, a prévenu jeudi le Premier ministre Li Keqiang.

Julien Girault

Jeudi 10 Avril 2014



Lu 74 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Novembre 2016 - 13:54 Nigeria : négociations entre gouvernement et rebelles €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse