Le gouvernement donne du répit aux centrales à charbon


Le gouvernement a renoncé à taxer dès l'an prochain la production d'électricité à partir de charbon, une mesure qui aurait précipité la fin programmée des centrales à charbon françaises, au grand dam des ONG qui y voient un mauvais signal environnemental à l'approche de la Cop22.


Selon la CGT, cette surtaxe aurait entraîné la fermeture dans les deux ans à venir des dernières centrales à charbon françaises et la suppression de 5.000 emplois directs et indirects © EDF
Selon la CGT, cette surtaxe aurait entraîné la fermeture dans les deux ans à venir des dernières centrales à charbon françaises et la suppression de 5.000 emplois directs et indirects © EDF
Lors de la conférence environnementale, en avril, François Hollande avait annoncé l'instauration unilatérale, par la France, d'un prix plancher pour la tonne de carbone dans le secteur de la production électrique. Concrètement, il s'agissait de surtaxer le courant produit par les centrales alimentées en énergies fossiles (charbon, fuel et gaz), afin d'encourager la production d'électricité à base de sources renouvelables (éolien, solaire...). Mais, quelques mois plus tard, la ministre de l'Environnement et de l'Énergie, Ségolène Royal, avait annoncé que ce "prix plancher" serait limité aux seules centrales à charbon, les plus polluantes des centrales thermiques. La mesure devait être intégrée au projet de budget pour 2017, sous la forme d'un amendement.
Pourtant, à quelques semaines de la conférence de l'ONU sur le climat, en novembre à Marrakech, le gouvernement a opéré un revirement, après des manifestations organisées jeudi 20 octobre par la CGT dans plusieurs villes menacées par les fermetures de centrales. Lors des débats sur la loi de Finances à l'Assemblée, le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, évoquant "l'émoi considérable" dans plusieurs régions, a assuré dans la nuit de jeudi 20 à vendredi 21 octobre que cette question du prix du charbon allait être gérée "dans le temps". Dans la foulée, l'amendement a été abandonné.

Report à 2023

"Il serait judicieux d'avoir un étalement dans le temps des dispositions qui correspondent à un principe sur lequel nous souhaitons avancer", le prix plancher du carbone, en faveur de l'environnement, a déclaré le secrétaire d'État, qui a souligné que la programmation pluriannuelle de l'énergie prévoyait "au plus tard en 2023 de mettre fin à ces centrales". La mesure n'est pas abandonnée et sera abordée dans un cadre européen, assure-t-on au ministère de l'Environnement.

Frédéric Pouchot

Mardi 25 Octobre 2016



Lu 207 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse