Le groupe Rocca devrait céder l'ex-SNCM à son rival Corsica Maritima


​Patrick Rocca, le repreneur de la SNCM devenue Maritima Ferries, devrait céder le contrôle de la compagnie à son rival Corse, Corsica Maritima, dont il devient actionnaire.


© Franck André
© Franck André
Le groupe Rocca a indiqué lundi 15 février qu'il allait céder l'ex-SNCM à son rival Corsica Maritima. "Depuis que nous discutons de ce rapprochement, on a continué à avancer", a affirmé le patron corse. Selon Patrick Rocca, "le processus de rapprochement n'est pas achevé et devra recevoir mercredi 17 février la validation du CE de Maritima Ferries puis le projet devra ensuite être avalisé par le tribunal de commerce". Patrick Rocca a précisé que, selon l'accord conclu, sa compagnie cède 100 % des actions à CM Holding (Corsica Maritima) pour ne former "qu'une seule entité". "C'est le déroulement normal du processus initié il y a un mois et ça correspond à l'attente de la collectivité territoriale de Corse", a-t-il ajouté. Dans cette nouvelle organisation, le capital doit être partagé entre un consortium de "130 entreprises corses" (pour 10 %) et le reste sera détenu par 15 actionnaires (pour 90 %) à parts égales dont Patrick Rocca.

"La reprise de la compagnie en suspens"


"On a aujourd'hui l'annonce de la prise de contrôle de la compagnie par les fossoyeurs du plan de reprise", a réagi le représentant de la CFE-CGC, Pierre Maupoint de Vandeul, qui demande au tribunal de commerce "de clarifier la situation". Ce changement de capital "n'est pas conforme au jugement du tribunal de commerce du 20 novembre", estime Pierre Maupoint de Vandeul, qui demande à la juridiction marseillaise de "reprendre le contrôle".
Patrick Rocca et François Padrona, à la tête du consortium d'entreprises Corsica Maritima, candidat malheureux à la reprise de la SNCM, avaient décidé fin janvier d'enterrer la hache de guerre après s'être affrontés. Le 5 janvier, jour du lancement de Maritima Ferries par Patrick Rocca, le groupe Berrebi et Corsica Maritima avaient lancé une compagnie concurrente, Corsica Linea, armant un navire battant pavillon danois. Les marins de Maritima Ferries avaient alors empêché ce navire d'accoster à Marseille dénonçant une "concurrence déloyale".
Par ailleurs, mardi 16 février, le tribunal de commerce de Marseille s'est à nouveau penché sur cet imbroglio corse. Le tribunal a renvoyé à jeudi 18 février un recours déposé contre Corsica Linea/Corsica Maritima. Cette procédure initiée par les administrateurs judiciaires et la CE de la SNCM se fondait sur la clause de non-concurrence imposée aux candidats à la reprise de la compagnie maritime. Mardi, le tribunal a donc octroyé un délai de deux jours à la demande de l'avocat de Corsica Linea/Corsica Maritima, Maurice Lantourne. Car depuis le dépôt de ce recours, les deux adversaires - MCM et Corsica Maritima - ont amorcé un rapprochement : "Les négociations sur le rapprochement ont progressé au cours de ces dernières 48 heures. Il serait délicat, avant la fin de ces négociations, d'avoir un débat qui n'aurait plus lieu d'être si elles aboutissent", a affirmé Maurice Lantourne. Ce report a été également accepté par l'avocat du groupe Rocca, Gaétan Balestra, ce qui a fait vivement réagir les syndicats de MCM/Maritima Ferries, qui estiment que cela signe la fin du projet de reprise de Patrick Rocca. Pour le secrétaire CGT du CE, Jean-François Simmarano, "la tête de Patrick Rocca va tomber jeudi", jour d'une nouvelle audience du tribunal de commerce devant examiner si Patrick Rocca est en mesure de racheter les navires de l'ex-SNCM, qu'il loue actuellement au liquidateur.
Enfin, les responsables de Ferry de France, le Marseillais Christian Garin associé au groupe grec Arista, dont le projet de reprise avait été écarté par le tribunal de commerce, ont annoncé avoir également déposé un recours contre la cession de Maritima Ferries à Corsica Maritima.

AFP

Mardi 16 Février 2016



Lu 255 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 14:49 L’AMCF présente sa feuille de route


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse