Le groupe alsacien Lohr vers le dépôt de bilan


Le fabricant de systèmes de transport Lohr, qui emploie 930 salariés en Alsace, se dirigeait vendredi 1er juin vers un dépôt de bilan, après avoir rejeté l'offre "insuffisante" de reprise d'une de ses filiales par Alstom et le Fonds stratégique d'investissement (FSI).


© Lohr
© Lohr
Faute d'accord avec Alstom, le groupe alsacien Lohr va vers le dépôt de bilan. L'industriel basé à Duppigheim (Bas-Rhin), à 20 kilomètres de Strasbourg, a été sévèrement touché par la crise et espérait obtenir une bouffée d'oxygène via la vente de sa filiale Translohr, unique fabricant au monde de tramways sur pneus. En avril, Alstom et le FSI, bras financier de l’État, avaient proposé d'acheter Translohr pour 60 millions d'euros. Mais ils ont transmis une offre largement inférieure, en arguant que la situation financière de Translohr leur était finalement apparue "beaucoup plus difficile qu'indiqué par son vendeur".

"Alstom et le FSI voulaient acheter plus et payer moins"


Vendredi, le PDG fondateur du groupe alsacien, Robert Lohr, a indiqué qu'il avait rejeté cette offre car Alstom et le FSI lui avaient proposé "35 millions d'euros, mais pour un périmètre supérieur à ce qui avait été évoqué en avril". "Ils voulaient acheter plus et payer moins, c'est le non-respect de la parole donnée", a-t-il fustigé. Cette offre, "insuffisante", "ne permettrait pas de pérenniser à court terme l'ensemble des activités du groupe Lohr", a précisé de son côté Jean-François Argence, de la direction générale de l'entreprise.
Sauf rebondissement de dernière minute dans les tractations entre Lohr et Alstom, le groupe alsacien devait donc déposer son bilan lundi 4 juin devant la chambre commerciale du tribunal de Strasbourg, qui devrait alors placer le groupe en redressement judiciaire. Une telle solution "permettrait de conserver l'activité de l'entreprise pendant au moins six mois, ce qui nous laisserait le temps d'examiner d'autres offres de reprise", avait expliqué jeudi 31 mai M. Argence.

Un pari risqué

Selon une source locale proche du dossier, ce choix est "un pari risqué pour Robert Lohr", car "le redressement judiciaire pourrait conduire à une revente des actifs à un prix inférieur à celui proposé par Alstom, voire à des délocalisations". En outre, la solution Alstom aurait garanti le maintien de l'activité en Alsace et aurait ouvert à Translohr des débouchés plus importants sur les marchés mondiaux, a souligné cette source. Robert Lohr, de son côté, a indiqué vendredi qu'il ferait "le maximum pour que Lohr survive". "Cette entreprise, c'est toute ma vie, c'est moi qui l'ai créée. Je ne pourrai probablement pas éviter un plan social et garder tous les emplois, mais mon objectif, c'est qu'il n'y ait pas de licenciements sauvages", a-t-il dit.
Les représentants des salariés ont fait part de leur inquiétude. "Si les tractations avec Alstom avaient abouti, ça nous aurait amené une bouffée d'oxygène, mais dans tous les cas on parle de 200 suppressions de postes, surtout dans la recherche et développement", a dit Yves Mattern, élu CFDT au comité d'entreprise. Après l'audience commerciale, les salariés se réuniront en intersyndicale pour "décider de manifestations", a-t-il ajouté. Ils comptent aussi interpeller le nouveau gouvernement sur l'avenir de leur entreprise. Selon M. Mattern, l'une des manières, pour les Pouvoirs publics, d'aider le groupe Lohr serait que la SNCF lui passe commande de wagons pour le ferroutage (Modalohr).
Entreprise familiale, Lohr Industrie fabrique notamment des remorques pour le transport d'automobiles par camions, mais cette activité historique souffre depuis plusieurs années d'une conjoncture atone, qui a conduit l'entreprise à supprimer une centaine d'emplois début 2009, puis 150 en mai 2010.

Arnaud Bouvier

Lundi 4 Juin 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse