Le groupe autoroutier espagnol Abertis mise sur la France


Abertis, qui a engrangé un bénéfice net de 796 millions d'euros en 2016, a annoncé le rachat de la participation d'Axa République dans la Holding d'infrastructure de transports, qui contrôle 100 % du concessionnaire français d'autoroutes, pour quelque 446 millions d'euros.


Vinci, Abertis et Eiffage se partagent un marché de 9.000 km de péages en France © Abertis
Vinci, Abertis et Eiffage se partagent un marché de 9.000 km de péages en France © Abertis
Abertis a annoncé mercredi 1er mars le rachat de la participation d'Axa République dans le gestionnaire français d'autoroutes Sanef. En janvier, il avait déjà repris la participation de CDC dans la Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France (Sanef) pour 491 millions d'euros. Sanef gère quelque 1.760 km d'autoroutes à péages en France - essentiellement dans le Nord - sur 11.400 km d'autoroutes au total. C'est 22 % du réseau d'autoroutes à péages du pays.

Opportunités

La France, au réseau d'autoroutes bâti sur un régime de concessions, "offre d'importantes opportunités en termes de création de valeur à l'avenir grâce aux accords avec le gouvernement en vue de nouveaux investissements, en échange de prolongements de concessions ou de hausses de tarifs", explique le groupe. Le marché des 9.000 km de péages - que se partagent principalement Vinci, Abertis et Eiffage - intéresse toujours l'espagnol car "le cadre juridique est stable", fondé sur un avantageux "système de partenariats public-privé", soulignent régulièrement ses dirigeants.
Pour 2017, Abertis table sur une prévision de croissance de 1,5 % en France. Le groupe continue à y investir cette année, même si son chiffre d'affaires a été affecté par des "événements extraordinaires comme les grèves, le manque de combustible, l'État d'urgence dans le Nord du pays, les attentats terroristes de Bruxelles et les inondations", assure-t-il dans son rapport sur ses résultats annuels.
La dernière acquisition annoncée rapportera quelque 29 millions d'euros de bénéfice net supplémentaire en 2017 à Abertis, qui a choisi de s'endetter pour renforcer encore sa position en France, son premier marché. En 2016, l'Hexagone lui a apporté 34 % de son chiffre d'affaires, devant l'Espagne (26 %), le Brésil (15 %) et le Chili (9 %).
Abertis a ainsi réalisé en France un chiffre d'affaires de 1,65 milliard d'euros, en hausse de 3,5 %, grâce au trafic mais aussi à une augmentation des tarifs de 0,8 % et à une baisse des charges de personnel. En 2017, Abertis prévoit aussi des investissements, en partie subventionnés, de 147 millions d'euros pour l'amélioration de son réseau d'autoroutes contre une nouvelle hausse de tarifs.
Abertis continue par ailleurs à parier sur son internationalisation : en 2016, il a déboursé 1,5 milliard pour de nouvelles acquisitions, en particulier l'A4 italienne où il a pris 51,4 % et 50 % de l'autoroute centrale du Chili.
Il prévoit aussi de se lancer en Asie avec l'acquisition des deux principales autoroutes en Inde, pour 128 millions d'euros, selon un rapport sur ses activités globales.
Ses résultats annuels, détaillés mercredi 1er mars, laissent apparaître un bénéfice net divisé par deux par rapport à celui de 2015 (qui était de 1,88 milliard d'euros), l'année où il avait profité de plus-values liées au lancement en Bourse de Cellnex.
En termes comparables, le bénéfice net serait en hausse de 13 %, souligne la compagnie. Son excédent brut d'exploitation (Ebitda) a augmenté de 20 %, s'établissant à 3,24 milliards d'euros.
Ces résultats sont liés, selon Abertis, à une amélioration du trafic et à l'incorporation de nouveaux actifs.
Le trafic a particulièrement augmenté en Espagne (+ 5,3 %), pays en pleine reprise qui a enregistré en 2016 un taux de croissance de 3,2 %.
En France, il a aussi augmenté de 1,9 % - dont 3,3 % pour les camions et 1,6 % pour les véhicules légers - et en Italie de 2,6 %.
Ces hausses ont en partie compensé les effets de taux de change défavorables en Amérique latine et la baisse du trafic au Brésil (- 2,8 %).
La dette nette d'Abertis s'est en revanche creusée à 14,3 milliards d'euros contre 12,55 milliards un an plus tôt, en lien avec les acquisitions d'actifs.
Le groupe dirigé par Francisco Reynés emploie 15.122 personnes à travers le monde, 180 de moins qu'en 2015 (15.302).

Michaela Cancela-Kieffer

Jeudi 2 Mars 2017



Lu 411 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse