Le low-cost au cœur du conflit chez Air France


Les vols Air France sont affectés depuis lundi 15 septembre par une grève massive des pilotes qui s'opposent au projet de la direction de développer Transavia, la filiale à bas coût de la compagnie aérienne. Comment le low-cost aérien est-il devenu incontournable et pourquoi inquiète-t-il les pilotes Air France ?


© Air France
© Air France
En quoi l'arrivée des low-cost a-t-elle modifié le transport aérien ?
Arrivées en Europe au milieu des années 90, à la faveur d'une directive européenne et sur le modèle de l'américaine Southwest Airlines, les low-cost ont profondément modifié un paysage aérien alors fermé. Leur recette : faire voler les avions au maximum entre les aéroports les moins chers d'Europe. Le tout en employant le moins de personnel possible, en particulier au sol, les réservations se faisant par internet. Et faire payer tous les services annexes. Avec des charges et des dépenses plus basses que celles des compagnies traditionnelles, notamment en termes de salaires et de conditions de travail, les low-cost proposent en conséquence des tarifs plus bas.

Comment les compagnies se sont-elles adaptées à cet environnement ?
Elles ont dû baisser leurs coûts, sans toutefois pouvoir baisser leurs charges au niveau de celles des low-cost. Cela s'est traduit par des plans de restructuration et des réductions de la masse salariale Elles ont également dû créer des filiales à bas coûts pour concurrencer les low-cost. En Europe, British Airways a dégainé la première et lancé en 1998 sa filiale Go, vendue en 2002 à EasyJet. Ces filiales continuent de prendre de l'envergure. En juillet, Lufthansa a annoncé vouloir passer à l'offensive avec "Wings", label qui regroupera les vols bon marché de plusieurs de ses filiales. Quant à Air France-KLM, le groupe ambitionne aujourd'hui d'accélérer son développement dans le marché du loisir en Europe grâce à Transavia qui, à l'horizon 2017, devrait "s'imposer parmi les acteurs low-cost leaders du secteur en Europe, comptant plus de 20 millions de clients et opérant une flotte de 100 avions", contre 14 actuellement. Pour le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, "Air France a accumulé au fil des années pour ses personnels des avantages qui font que ses coûts et ses conditions d'exploitation sont bien supérieurs à ceux de Transavia".

Que reprochent les deux principaux syndicats de pilotes au projet d'Air France ?
Le nouveau plan stratégique prévoit de redistribuer des lignes aujourd'hui Air France à sa filiale régionale Hop! et de développer Transavia sur les dessertes européennes. Il sous-tend une grande flexibilité dans la gestion des avions et des équipages. Le SNPL AF Alpa dénonce un projet "d'externalisation et de délocalisation", tandis que le Spaf craint que Transavia, qui embaucherait des pilotes sous contrat de travail de droit étranger, ne devienne "la norme d'embauche" pour les pilotes. Les conditions de travail et les rémunérations des pilotes d'Air France sont plus avantageuses. Le SNPL tient à les conserver et explique que le coût des pilotes d'Air France dépend d'abord du "modèle d'exploitation" de la maison mère, qui prévoit des passages entre chaque vol par le hub de Roissy, et "pas du système de rémunération". Néanmoins, une fois cet effet neutralisé, l'écart de coût à l'heure des pilotes entre Air France et Transavia resterait supérieur de plus de 40 %. Concrètement, les pilotes d'Air France enchaînent moins de vols que ceux de Transavia qui, lorsqu'ils arrivent à destination, chargent de nouveaux passagers et repartent très vite. Mais du coup, "à ancienneté égale, les pilotes de Transavia ont une rémunération supérieure car ils effectuent plus d'heures de vol", selon le SNPL. Alexandre de Juniac a la semaine dernière rejeté leur principale revendication : un contrat unique pour les pilotes aux conditions actuelles d'Air France, pour tous les avions de plus de 100/110 places, quelle que soit la compagnie du groupe.
Six vols sur dix d'Air France seront annulés mardi 16 septembre en raison de la grève. Pour lundi 15 septembre, les prévisions étaient de 48 % de vols assurés.

Sarah Brethes et Julie Chabanas

Lundi 15 Septembre 2014



Lu 53 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2016 - 15:56 Grèce : les marins en grève contre l'austérité €

Mardi 22 Novembre 2016 - 13:20 40.000 Nigérians demandent des comptes à Shell €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse