Le marché du vin s'internationalise de plus en plus


Le marché du vin s'internationalise : il y a quinze ans, 25 % du vin consommé dans le monde était exporté. Aujourd'hui, cette part a gonflé à 43 %, selon l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV).


En 2017, on recense un peu plus de 100 pays producteurs de vin © OIV
En 2017, on recense un peu plus de 100 pays producteurs de vin © OIV
"Grâce à une croissance régulière des exportations en volume, le marché international du vin progresse chaque année", a souligné Jean-Marie Aurand, le directeur général de l'OIV, basée à Paris. Les raisons sont liées aux changements de modes de consommation, plus occasionnels, plus festifs, et plus ouverts sur le monde, et au fait que la planète compte aussi de plus en plus de pays viticoles, selon Jacques-Olivier Pesme, directeur de la Wine and Spirit Academy de l'école de commerce Kedge à Bordeaux.
Avec plus de 3.000 appellations contrôlées dans le monde, plusieurs centaines de vins de cépages, vins d'assemblages ou de marques, le marché est d'une "variété extrême", a indiqué Jean-Marie Aurand, d'autant que des vignobles nouveaux sont apparus dans des zones inattendues comme le Vietnam ou le Cambodge. Ainsi, en 2017, on recense un peu plus de 100 pays producteurs, "contre 35 environ dans les années 80", selon Jacques-Olivier Pesme.

"La Chine a dépassé la France en termes de surfaces"

Pourtant en surfaces de vigne, les chiffres mondiaux restent stables, selon le bilan de l'OIV, avec quelques 7,5 millions d'hectares. Cinq pays se partagent la moitié du vignoble mondial : Espagne, Chine, France, Italie et Turquie. Les évolutions sont contrastées : en Chine, qui a dépassé la France depuis deux ans en termes de surfaces, les vignobles ont continué de progresser en 2016 (+ 17.000 hectares), alors que la Turquie, qui produit plus de raisins secs que de vin, a réduit d'autant (- 17.000 hectares) ses surfaces.
Sur l'aspect marché, à l'exception de 2008 et 2009, où les ventes mondiales de vin ont stagné après la crise financière, les échanges mondiaux sont en croissance régulière depuis 2000 en valeur, à 29 milliards d'euros en 2016 contre 12 milliards en 2000. "Soit l'équivalent de 400 avions A320", selon un calcul de Jean-Marie Aurand. Comme tout marché qui se globalise, il se segmente aussi, et le marché des vins "iconiques", produits d'exception, a tendance à devenir "spéculatif" sur des volumes représentant moins de 1 % des vins produits, a souligné Jacques-Olivier Pesme. Par effet domino, les "2e vins" des premiers grands crus classés (Carruades de Laffite, Petit Mouton de Mouton Rotschild ou Pavillon Rouge de Château Margaux) sont aussi devenus des vins spéculatifs difficiles d'accès, alors qu'ils ne valaient "pas grand-chose" il y a vingt-cinq ans, ajoute-t-il.
Le succès des exportations est tel que certains producteurs ont du mal à suivre, notamment cette année en France, après la mauvaise récolte de 2016 due aux intempéries. "C'est de la folie, la demande à l'export, nous ne pouvons plus nous permettre de faire une petite année de récolte", commente Stéphane Aufrère, vigneron à côté de Chablis, en Bourgogne.
Au rayon des exportations mondiales, la part des vins en bouteille se stabilise depuis quatre ans, autour de 54 % du total (55 millions d'hectolitres), la part des vins en vrac est en légère diminution à 38,3 millions d'hectolitres et celle des vins effervescents (Champagne, Prosecco...) ne cesse de pétiller (+ 7 % par rapport à 2015 à 7,9 millions d'hectolitres).
Au hit-parade des pays exportateurs, l'ordre du trio de tête Espagne-Italie-France pour les volumes, devient France-Italie-Espagne en valeur. Au classement des pays importateurs, l'Allemagne est au premier rang (14,5 millions d'hectolitres), suivie du Royaume-Uni (13,5 millions d'hectolitres) et des États-Unis (11,2 millions d'hectolitres). La Chine est le cinquième importateur en volume et quatrième en valeur. Dans ce pays, où les surfaces viticoles, la production et la consommation progressent, l'augmentation des importations est la plus importante aussi (+ 45 %), à 6,4 millions d'hectolitres.

Isabel Malsang

Vendredi 11 Août 2017



Lu 670 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse