Le marché ferroviaire reste "porteur" dans le monde


Le marché ferroviaire reste "porteur" dans le monde, en particulier en Asie, Amérique du Sud et au Moyen-Orient, mais traverse une période de "vaches un peu plus maigres" en France, a estimé mardi 23 septembre le président d'Alstom Transport.


© Alstom
© Alstom
Pour les cinq prochaines années, le marché ferroviaire devrait "continuer à croître d'environ 3 % par an" dans le monde, a déclaré Henri Poupart-Lafarge, lors du salon des techniques ferroviaires InnoTrans de Berlin. L'Europe, qui représente le tiers du marché mondial, restera "dynamique" mais le cœur de la croissance "se situe dans les régions émergentes", notamment l'Asie-Pacifique, selon une étude de l'Industrie européenne du rail (Unife). Selon le patron d'Alstom Transport, l'activité du secteur reste soutenue à long terme par l'urbanisation, qui dope la demande de liaisons urbaines comme interurbaines, les préoccupations environnementales et les investissements publics. Henri Poupart-Lafarge a cependant reconnu des "difficultés à court terme - et pas seulement en Europe", avec "des nouvelles négatives en termes économiques et de financement public". Concernant la France, il a souligné que les usines avaient "un plan de charge jusqu'à mi-2017", avec "une visibilité plus longue sur le métro" mais "très peu de tramways en commande". "Quand il y a des craintes sur le marché français, par définition il y a des craintes pour l'emploi en France", a-t-il souligné. "Je ne tire pas une sonnette d'alarme, mais il faut que l'année 2015 soit assez bonne pour qu'on puisse recharger les usines". En cette "période de vaches un peu plus maigres", il a appelé "l'ensemble des acteurs" - SNCF, pouvoirs publics et constructeurs - à "se serrer les coudes", évoquant notamment la lente élaboration d'un TGV moins coûteux à exploiter. "On était sur un calendrier prévoyant les premiers prototypes en 2018. On y est toujours, mais on commence à dériver", a-t-il constaté.

Un train à "zéro émission" en Allemagne

Alstom a signé une lettre d'intention avec quatre États régionaux (Länder) allemands pour la fourniture à terme d'une cinquantaine de trains à zéro émission de CO2, dotés d'une motorisation par pile à combustible, a annoncé mercredi 24 septembre le groupe industriel français. Ces nouveaux trains de voyageurs, dont deux prototypes seront testés avec des passagers en 2018, seront issus de la gamme Coradia, le train régional d'Alstom. Les Länder concernés sont la Basse-Saxe (nord-ouest), le Bade-Wurtemberg (sud-ouest), la Rhénanie du Nord-Westphalie (ouest) ainsi que la Hesse (centre). "Cette nouvelle génération de trains est la première au monde destinée au transport de voyageurs", a précisé Henri Poupart-Lafarge. Les trains seront développés et fabriqués sur le site d'Alstom à Salzgitter, en Allemagne.
Par ailleurs, Alstom Bharat Forge Power (ABFPL), filiale commune d'Alstom et du groupe indien Bharat, a signé un contrat d'environ 130 millions d'euros pour la livraison de deux turbines destinées à la centrale à charbon de Tanda (centre de l'Inde). La commande porte sur la fourniture de deux îlots turbines supercritiques de 660 mégawatts qui seront fabriqués dans la nouvelle usine d'ABFPL, située à Sanand (au Gujarat), dont la mise en service est prévue en octobre".
Alstom pourrait également acquérir une participation plus large dans EKZ, sa coentreprise avec la compagnie ferroviaire nationale du Kazakhstan KTZ et l'équipement russe TMH, et élargir ses activités de maintenance et de signalisation au Kazakhstan. "Henri Poupart-Lafarge et Askar Mamin, président de KTZ, ont signé deux lettres d'intention qui marquent le début des négociations, la signature des contrats devant intervenir au cours des prochains mois", détaille Alstom. La première lettre d'intention "permet à EKZ de maintenir le parc de locomotives électriques modernes commandées par KTZ dans son usine à Astana", capitale du Kazakhstan. "La seconde concerne le développement d'une compétence de signalisation dans le cadre de la coentreprise KazElectroPrivod (KEP), constituée en 2013, détenue à parts égales par Alstom et son partenaire Kazakhe Kamkor, filiale de KTZ. Le nouveau centre facilitera le développement local de compétences techniques", souligne Alstom.

AFP

Jeudi 25 Septembre 2014



Lu 360 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse